Coronavirus: quatre Delhaize en grève « une réaction compréhensible des travailleurs»

Trois magasins Delhaize intégrés bruxellois et un autre à Jambes sont restés fermés ce mercredi matin.
Trois magasins Delhaize intégrés bruxellois et un autre à Jambes sont restés fermés ce mercredi matin. - Belga

Depuis le début de l’épidémie de Codiv-19, la pression sociale ne cesse de monter dans la grande distribution alimentaire. En cause, le ras-le-bol de nombreux employés estimant travailler dans des conditions intenables en cette crise du coronavirus.

En front commun, les syndicats ont tenté de négocier avec Comeos, la fédération du commerce organisé, pour obtenir des compensations sous forme de congés supplémentaires et de primes financières. Ces négociations ont traîné en longueur pour finalement échouer ce week-end. Depuis lundi, les syndicats sont donc partis négocier enseigne par enseigne.

C’est dans ce contexte que le personnel des Delhaize intégrés Flagey (Ixelles), Westland (Anderlecht) et Veeweyde (Anderlecht également), ainsi que celui de Jambes, a décidé de rester portes closes ce mercredi. Pour Myriam Delmée (Secta) ce mouvement social chez Delhaize est une « réaction bien compréhensible des travailleurs que je ne peux pas canaliser. Il faut comprendre que nous sommes dans une situation émotionnelle importante. Des accords peuvent sembler corrects. Mais ils sont considérés comme insuffisants par les travailleurs, tant ils en ont marre et ont l’impression d’être méprisés en termes de sécurité et de santé. Ils estiment ne pas avoir eu le respect nécessaire pendant plusieurs semaines. »

Risques de contagion

On suivra avec la plus grande attention l’évolution de la situation. En effet, pour une grande partie de la population, la grande distribution alimentaire constitue le principal canal pour se nourrir. Singulièrement aujourd’hui, en pleine crise du coronavirus. Dans ce contexte, la fermeture de supermarchés est potentiellement explosive pour de très nombreux consommateurs. Les travailleurs et leurs représentants syndicaux en sont conscients. Ils disposent d’une véritable arme nucléaire de négociation…

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous