Les météorologues risquent de manquer de données fiables pour leurs prévisions

Les météorologues risquent de manquer de données fiables pour leurs prévisions

La pandémie de coronavirus commence à réduire le flux de données essentielles pour des prévisions météorologiques et une modélisation climatique fiables, avertit mercredi l’Organisation météorologique mondiale (OMM), basée à Genève.

« Des pans entiers du système d’observation, tels que les composantes satellitaires et de nombreux réseaux terrestres, sont partiellement ou complètement automatisés », explique l’OMM sur son site. « Ils devraient donc continuer à fonctionner sans dégradation significative pendant plusieurs semaines, voire davantage dans certains cas. Cependant, si la pandémie dure plus de quelques semaines, l’absence de travaux de réparation, d’entretien et d’approvisionnement ainsi que le manque de redéploiements deviendront de plus en plus préoccupants ».

Les avions commerciaux sont une source importante pour les mesures mondiales du vent et de la température, mais le trafic aérien a diminué en raison des restrictions de voyage et de la chute de la demande des passagers, observe aussi l’OMM. « Dans certaines parties du monde, en particulier en Europe, la diminution du nombre de mesures au cours des deux dernières semaines a été spectaculaire », selon l’OMM.

Bien que la qualité des prévisions n’ait pas encore beaucoup souffert, « la diminution de la disponibilité des observations météorologiques des avions se poursuit et s’étend, nous pouvons donc nous attendre à une diminution progressive de la fiabilité des prévisions », a déclaré Lars Peter Riishojgaard, spécialiste des infrastructures de mesure de l’OMM.

En outre, l’agence météorologique des Nations Unies a constaté une baisse significative des mesures météorologiques manuelles sur le terrain dans les pays en développement au cours de la seconde moitié du mois de mars.

Et il ne faut pas oublier que « les effets du changement climatique et du nombre croissant de catastrophes liées aux conditions météorologiques se poursuivent », a encore déclaré le chef de l’OMM, Petteri Taalas.

L’ensemble des services et produits météorologiques et climatologiques offerts par les 193 États et territoires membres de l’OMM – dont la Belgique — à leurs citoyens repose sur le système mondial d’observation de l’OMM.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous