Sophie Wilmès instaure un «groupe de travail» qui planche sur le calendrier d’après-confinement

Sophie Wilmès instaure un «groupe de travail» qui planche sur le calendrier d’après-confinement

Il ne faut pas vendre la peau de l’ours, mais il faut se préparer : Sophie Wilmès, Première ministre, achève de constituer un groupe de travail voué à la sortie de crise épidémiologique, à l’après-confinement si l’on veut. Un scientifique pilotera l’opération, il sera entouré de personnalités issues notamment du monde économique. Le groupe de travail a pour mission, en quelque sorte, d’élaborer un calendrier pour le futur – pour l’avenir, oserait-on dire.

Philosophie générale, confie-t-on : opérer à l’envers par rapport aux mesures qui avaient conduit graduellement, en mars, au confinement que l’on connaît aujourd’hui. Selon cette philosophie : on rouvrirait d’abord les écoles, ensuite les magasins, l’horeca, on permettrait les rassemblements jusqu’à 1.000 personnes, etc. Voilà pour le schéma général, mais c’est une ébauche à ce stade : tout dépendra de l’évolution de la courbe de la contagion dans les prochaines semaines, de la politique adoptée en matière de tests dans la population, d’une série de paramètres en matière de santé, d’économie, entre autres. On est loin du décompte, mais le groupe de travail s’apprête à tenter d’objectiver ce que l’on appelle « la reprise ».

Sur le même sujet
Philosophie
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous