Jean-Michel Javaux, atteint du coronavirus: «Je ne voulais pas déranger les urgences mais ça n’allait plus»

Jean-Michel Javaux, atteint du coronavirus: «Je ne voulais pas déranger les urgences mais ça n’allait plus»
Photo News

Jean-Michel Javaux, ancien président d’Ecolo, est atteint du coronavirus. Il est en confinement chez lui avec sa femme, également atteinte, ainsi que ses enfants. Il raconte son expérience au journal Moustique.

Alors que le gouvernement annonçait les premières mesures de confinement, il se sentait déjà fiévreux. Au début, lui et sa compagne pensent à une grippe. Mais son état s’aggrave : « Les symptômes allaient et venaient. Mais on ne dormait plus. » « Le samedi soir, la fièvre repart à la hausse. Après trois marches d’escaliers, j’étais laminé. On a fini par téléphoner aux urgences. Je ne voulais pas déranger pour ne pas prendre la place de quelqu’un qui en avait plus besoin. Mais ça n’allait plus », confie-t-il.

Il passe quatre jours à l’hôpital, en quarantaine. Le personnel soignant doit s’équiper avant de rentrer dans sa chambre : « Je n’osais pas les appeler. C’est une telle dose de stress pour eux ce qu’ils font. Ils travaillent avec la peur de ramener le virus dans leur famille. Le manque d’équipements est un stress absolu pour eux ».

Il est rentré chez lui, où le confinement continue. « Dès que j’ai pu, j’ai libéré le lit pour des cas beaucoup plus graves. Et puis, comme mon amoureuse est infirmière, on a des appareils à la maison pour l’oxygène et la tension ».

« On n’est pas encore guéris. On est encore très essoufflés. Mais mon stress, c’est de ne faire courir de risque à personne d’autre ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous