Accueil Économie Entrepreneuriat

La Banque nationale ne veut plus de Diego Aquilina à la tête de l’assureur Integrale

La Banque nationale vient de retirer leur agrément à trois administrateurs d’Integrale, dont celle du CEO Aquilina. En cause : les 5,7 millions d’indemnités de rétention distribuées aux dirigeants.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

La Banque nationale (BNB) durcit le ton : après avoir, en février, envoyé un courrier au picrate aux gestionnaires de l’assureur liégeois Integrale, filiale du groupe Nethys, elle vient de retirer leur agrément à trois des administrateurs : Marcel Savoye, Francis Lefèvre et Diego Aquilina. Également CEO de la société, ce dernier est donc aussi sommé d’abandonner, d’ici le 30 avril, la direction de la société. Une excommunication qu’il conteste et qui pourrait faire l’objet d’une bataille devant le Conseil d’Etat.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Delpierre Bernard, samedi 4 avril 2020, 13:29

    Ces personnages assoiffés de récompenses largement indues vu leurs responsabilités limitées à une petite entreprise n'ont aucun scrupule à revendiquer tant et plus des compensations financières alors que ce serait à la société de leur en réclamer. Espérons que la BNB n'en restera pas mais il est curieux que la FSMA n'intervienne pas...

  • Posté par Lahaye Olivier, samedi 4 avril 2020, 7:42

    Diego Aquilina a-t-il jamais mit sa vie en danger pour exercer sa profession? D'autres qui mettent leur vie en danger chaque fois qu'ils travaillent ne demandent aucune compensation particulière. Il serait temps que ces personnages: CEO, footeux et autres soient payés de la manière la plus raisonnable qu'il soit c-à-d fortement à la baisse.

Aussi en Entrepreneuriat

Grand format En Belgique, le business des drones peine à décoller

Baigné par la technologie, notre pays possède tous les atouts pour exploiter les nouvelles potentialités générées par les drones. A ceci près que la prévention des risques y est aussi très poussée en raison de la densité de population. Entre l’administration et les entreprises, le dialogue est pour l’instant compliqué.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs