En France, un «dispositif exceptionnel» pour empêcher les départs en vacances

En France, un «dispositif exceptionnel» pour empêcher les départs en vacances

Un « dispositif exceptionnel » a été mis en place en France, où le coronavirus a causé plus de 6.500 morts, pour empêcher les départs en vacances et faire respecter le confinement, avec l’interdiction des locations sur une partie du littoral.

Depuis vendredi, début des vacances scolaires pour la zone C qui regroupe les académies d’Ile-de-France et d’Occitanie, plus de 160.000 policiers et gendarmes sont mobilisés, et pour tout le week-end, afin de faire appliquer les mesures de confinement. C’est « un dispositif de contrôle exceptionnel », expliquait vendredi le secrétaire d’Etat à l’Intérieur Laurent Nuñez.

Parmi les départements touristiques, les préfectures de Charente-Maritime, Gironde, Landes et Pyrénées-Atlantiques ont pris des arrêtés, valables jusqu’au 15 avril, interdisant aux hébergements de tourisme de recevoir du public.

Dès mercredi, M. Castaner avait fermé la porte aux traditionnels grands départs pour les vacances de printemps et le grand week-end de Pâques.

« Fortes tensions »

« L’afflux massif de population favoriserait la contagion et pourrait entraîner de fortes tensions sur les établissements de santé déjà mobilisés, en particulier sur les services de réanimation », a indiqué la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

Le pays, confiné depuis le 17 mars pour lutter contre l’expansion de l’épidémie, a enregistré le pire bilan quotidien depuis le début de l’épidémie : 588 personnes sont mortes à l’hôpital entre jeudi et vendredi, portant à plus de 6.500 le bilan total des décès dus à ce virus à l’hôpital, dont 1.416 dans les Ehpad et autres établissements médicaux sociaux.

Nouvel exemple de la vulnérabilité des personnes âgées au Covid-19 : le nombre de décès dans un Ehpad de Mougins, près de Cannes, a encore augmenté et atteint 29 morts en lien avec le virus.

Et plus de 6.600 personnes se trouvaient en réanimation, un record « dans l’histoire médicale française », a souligné le directeur général de la Santé Jérôme Salomon, au cours de son point presse quotidien.

C’est 263 de plus que jeudi. Un filet d’espoir cependant : « Le besoin permanent de trouver de nouvelles places (en réanimation) augmente moins rapidement », a confirmé le Pr Salomon, mais « nous avons toujours besoin de davantage de lits ».

La région Grand Est, particulièrement touchée, espère enfin connaître une prochaine accalmie, avec un pic atteint « sûrement avant le 25 avril », grâce notamment à « l’efficacité » des mesures de confinement, selon le directeur de l’Agence régionale de santé Christophe Lannelongue.

Face au risque de saturation des hôpitaux, notamment dans le Grand Est et en Ile-de-France, les évacuations se poursuivent vers les régions moins touchées. Au total, selon la DGS, 506 patients dans un état critique ont été évacués depuis le 18 mars et d’autres vont suivre, via opérations militaires ou TGV aménagés.

L’armée de l’Air a mobilisé cinq hélicoptères et deux avions de transport pour pouvoir évacuer quotidiennement d’Ile-de-France jusqu’à 30 patients atteints du Covid-19 vers des régions moins touchées, selon le ministère des Armées.

Masques obligatoires

Les pompes funèbres sont également saturées. Après 35 ans, de métier, Christophe Lantz, président de la corporation et gérant d’une entreprise du secteur à Mulhouse, pensait « être bien endurci ». Mais « trop c’est trop », souffle-t-il. « On court du matin au soir, on travaille à un rythme effréné ».

Sur le plan des équipements de protection, « il y a une recherche effrénée de matériel », a témoigné Frédéric Valletoux, président de la Fédération hospitalière de France, sur France Inter. « Ça se détend, on voit que des livraisons arrivent, commandées par l’Etat ou les régions. (…) Il faudra qu’on tire les conclusions plus tard de ce qui s’est passé ».

Concernant le débat sur le port de masques, et contrairement aux assertions gouvernementales des premières semaines, l’Académie de médecine a estimé vendredi que porter un masque « grand public » ou « alternatif » aux masques médicaux devrait être rendu obligatoire pour les sorties pendant la période de confinement et lors de sa levée.

Cette volte-face risque d’alimenter la confusion du public, voire des accusations de mensonge. La France a commandé près de deux milliards de masques en Chine, a indiqué samedi le ministre de la Santé Olivier Véran.

En outre, un appel de personnalités médicales lancé par l’ex-ministre de la Santé Philippe Douste-Blazy, et signé par des figures comme Patrick Pelloux, a appelé à assouplir d’urgence les possibilités de prescription d’hydroxychloroquine, ce traitement dont l’usage contre le coronavirus fait toujours débat dans la communauté scientifique. Cet appel a été relayé par une pétition baptisée « #NePerdonsPlusDeTemps », qui a déjà recueilli près de 90.000 soutiens sur la plateforme Change.org samedi après-midi.

Sur le plan de la consommation, il n’existe pas de risque de pénuries alimentaires en France, a assuré le secrétaire d’Etat aux Transports Jean-Baptiste Djebbari : « Les besoins de la nation sont assurés ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous