Des signes encourageants en Italie, en France et en Espagne

Des signes encourageants en Italie, en France et en Espagne

Depuis son apparition en décembre en Chine, la maladie Covid-19 a fait plus de 60.000 morts dans le monde, dont près des trois quarts en Europe, avec une propagation qui ne faiblit visiblement pas et pose la question du port du masque généralisé.

Au total, plus de 60.000 décès ont été recensés, dont plus de 45.000 en Europe, continent le plus touché, selon un dernier bilan de l’AFP établi à partir de sources officielles samedi à 18H00 GMT.

Italie

Le nombre d’hospitalisations en soins intensifs a diminué pour la première fois en Italie depuis que la pandémie y a explosé il y a plus d’un mois, a annoncé samedi la protection civile.

Le nombre de malades du Covid-19 en soins intensifs dans les hôpitaux italiens, est repassé sous la barre des 4.000 (3.994 contre 4.068 la veille). « C’est une nouvelle importante parce que cela permet à nos hôpitaux de respirer. C’est la première fois que ce chiffre est en baisse depuis que nous avons la gestion de cette urgence », s’est félicité le patron de la protection civile Angelo Borrelli.

Avec près de 15.000 morts (dont 8.300 en Lombardie), l’Italie est le pays le plus endeuillé du monde par le Covid-19, à en croire les bilans officiels.

Mais le nombre de décès est sans doute beaucoup plus élevé comme en attestent les premières données sur la surmortalité dans les zones touchées.

Espagne

Le confinement de la population va être prolongé en Espagne jusqu’au 25 avril pour freiner la propagation du coronavirus, a annoncé samedi le chef du gouvernement Pedro Sanchez, qui n’a pas exclu d’autres prolongations.

L’« hibernation » économique décrétée dimanche dernier et consistant à mettre à l’arrêt durant deux semaines toutes les activités non essentielles ne sera en revanche pas prolongée au-delà du week-end de Pâques, a ajouté le socialiste.

« Le conseil des ministres de mardi prochain sollicitera de nouveau l’autorisation de la Chambre des députés pour prolonger, pour la deuxième fois, l’état d’alerte », qui a permis d’imposer un confinement des plus stricts, « jusqu’au samedi 25 avril à minuit », a déclaré M. Sanchez dans une allocution télévisée.

Décrété le 14 mars, l’état d’alerte devait prendre fin le 11 avril à minuit après avoir déjà été prolongé de deux semaines. Ces deux semaines supplémentaires de confinement sont « le temps dont a besoin notre système de santé pour se redresser », a souligné M. Sanchez.

L’Espagne est le deuxième pays le plus endeuillé au monde après l’Italie, avec 11.744 décès dus au Covid-19 selon le dernier bilan publié samedi, et près de 125.000 cas confirmés. La hausse du nombre de cas a toutefois ralenti progressivement depuis le milieu de la semaine dernière et le nombre de morts vient de baisser deux jours de suite à 809 après le record de 950 décès annoncé jeudi.

« Nous savons aujourd’hui que ces trois semaines d’isolement collectif » depuis la mi-mars « sont en train de porter leurs fruits », a affirmé M. Sanchez. Ce confinement a permis de « stopper la propagation du virus, contenir l’avalanche sur les hôpitaux, soigner des malades et sauver des vies », a-t-il dit.

France

La France recense 7.560 personnes mortes à cause du COVID-19 depuis le début de l’épidémie, a annoncé samedi le directeur général de la Santé Jérôme Salomon, dont 5.532 à l’hôpital et 2.028 en Ehpad et autres établissements médicaux-sociaux.

Cela représente 441 décès de plus en hôpital au cours des dernières 24h. Les premiers bilans concernant les établissements médico-sociaux, dont les maisons de retraite, ont commencé à être publiés jeudi. Vendredi, au moins 1.416 décès avaient été rapportés dans ce type d’établissements.

« Ce soir, nous n’avons jamais eu autant de patients en réanimation », a souligné Jérôme Salomon lors d’un point-presse, avec 6.838 cas graves.

Pour autant, il y a « une lente diminution de l’augmentation », a souligné le directeur général de la Santé, y voyant « une bonne nouvelle pour les soignants ».

« Nous sommes au début de la période ou nous pouvons évaluer l’impact du confinement », a indiqué Jérôme Salomon, en appelant à ne pas « relâcher l’effort » en cette période de vacances scolaires pour une partie de la France.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous