Accueil Hommage de poètes aux morts à l’ère du coronavirus

«Fleurs de funérailles»: les poètes belges écrivent pour les morts

Près d’une centaine de poètes du nord et du sud du pays s’allient afin de dédier des poèmes funéraires à la mémoire de femmes et d’hommes disparus ces derniers jours. Première poétesse : Caroline Lamarche.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 3 min

Réunis par Carl Norac, le poète national que la Belgique s’est choisi pour les années 2020 et 2021, près d’une centaine de poètes du nord et du sud du pays s’allient depuis jeudi passé afin d’écrire et de dédier des poèmes funéraires à la mémoire de femmes et d’hommes décédés ces derniers jours - et pas que du coronavirus. Confinement strict oblige, toutes et tous ont été enterrés de façon expéditive, le plus souvent sans rite ni cérémonie, au mieux en présence d’une assemblée extrêmement clairsemée.

Bouleversés par la réalité de ces adieux souvent muets, toujours distants et privés d’embrassades, les poètes du pays ont tâché de puiser dans leurs mots de quoi mettre un peu de baume sur le cœur des endeuillés.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Remy Edmond, mercredi 8 avril 2020, 12:20

    Les funérailles par les temps qui courent sont déjà extrêmement pénibles pour la famille, mais quand en plus le gestionnaire du cimetière (cas vécu ce matin) se trompe de tombe et qu'il faut reporter la mise en terre définitive, c'est d'autant plus pénible ...

  • Posté par Marco Polo, mardi 7 avril 2020, 20:44

    Chiant !

  • Posté par Meir Ron, mercredi 8 avril 2020, 10:37

    vous avez sans doute fait des réserves de papier de toilette pour vous aider à ne pas comprendre un poème?

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs