Accueil Économie Emploi

Un monde en récession

Selon la Banque nationale et le Bureau du Plan, l’activité économique chuterait de 8 % cette année ; et la dette atteindrait 115 % du PIB. Sous l’hypothèse (optimiste) d’un rebond au second semestre.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 5 min

Evaluer l’impact économique de la crise sanitaire est un exercice de haute voltige. Le degré d’incertitude est élevé. Personne ne sait – et ne peut savoir – combien de temps le confinement devra être maintenu. Ou dans quelle mesure la mise à l’arrêt d’une bonne partie de l’activité affaiblira le tissu économique. De sorte que les prévisionnistes seraient eux aussi, si l’on peut dire, en chômage temporaire.

Il est pourtant nécessaire de tenter d’identifier les conséquences potentielles de la pandémie. Pour une bonne raison : cela permet d’évaluer la pertinence des mesures de soutien socio-économiques prises par les autorités et la nécessité (probable) d’en prendre d’autres.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par J Mantrach, jeudi 9 avril 2020, 8:09

    Tous les acteurs bottent en touche prétextant qu'on ne peut rien faire parce qu'on ignore le temps du confinement et la date du déconfinement même graduel. Aussi, les décisions sont reportées de jour en jour. Pourtant, il faut bien décider et le plutôt possible. Nous avons un critère concret. La Chine a commencé à se déconfiner après 70 jours. Prenons ce critère comme hypothèse de travail et décidons. Si ça dure moins longtemps, tant mieux et on adaptera en fonction. Mais toute décision doit tenir compte d'un bon équilibre entre l'économique et le social. Ils vont de paire. Il faut aussi se rappeler qu'il y a des nantis auxquels il faudra demander , pour une fois, de mettre la main à la poche. Les contribuables ordinaires souffrent déjà et depuis longtemps des restrictions budgétaires en raison du fameux 3%

  • Posté par Colonier Tandoori, mercredi 8 avril 2020, 20:01

    Surtout ne pas lire les commentaires, surtout ne pas lire les commentaires, surtout ne pas lire les commentaires.

  • Posté par Salomon Harald, mercredi 8 avril 2020, 17:37

    Etant donné que les finances publiques n'ont apparement ni servi à la santé, ni d'ailleurs à la propreté des rues, je propose que l'on arrête de donner de l'argent à ces voleurs.

  • Posté par Van Eycken Ghislaine, mercredi 8 avril 2020, 14:13

    Belle hypocrisie ! Quand osera-t-on parler des économies de pension et de soins médicaux en raison du décès de nombreuses personnes âgées. Soyons courageux et réalistes. Le calcul est vite fait : pension moyenne de 1500 euros multipliée par le nombre de personnes décédées de plus de 65 ans. Montant auquel s'ajoute la Grapa ou la Zorgverzekering pour la Flandre. Belle économie sur 10 ans. Il parait qu'il est malsain de parler de ça mais moi, je suis pragmatique.

  • Posté par Clement johan, mercredi 8 avril 2020, 15:19

    Il y a en moyenne 105000 décès par an en Belgique. Les quelques milliers dû au corona n'auront aucun effet significatif sur cette moyenne. D'ailleurs, lors de la grippe de 2015 il y avait 6000 décès supplémentaires les six premiers mois, probablement plus que l'effet corona.

Aussi en Emploi

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs