Horeca: sous le choc, le secteur crie à l’injustice

Vendredi soir, les restaurants étaient déjà désertés.
HEALTH-CORONAVIRUS_BELGIUM (2)
d-20200522-GG9CP2 2020-06-23 21:56:52
Pour les chaînes de distribution, pas question de se voir infliger des amendes ou une fermeture si l’obligation du port du masque ne devait pas être respectée par certains de leurs clients.
Les boutiques bruxelloises de mode ont connu un recul accentué de leur chiffre d’affaires par rapport à leurs homologues flamandes et wallonnes.
Ce sont les magasins de mode et ceux situés dans les centres commerciaux qui souffrent le plus.
Les restaurateurs ne pourront pas compter que sur leurs extensions de terrasses pour s’en sortir financièrement.
Pour divers experts, le commerce belge va perdre des parts de marché face au commerce en ligne, singulièrement le secteur du prêt-à-porter.
Dans les chaînes de restauration, comme ici chez Lunch Garden, le but sera que les clients se déplacent et restent debout le moins possible.
Fort heureusement, le retour des clients dans les artères commerçantes, comme la rue Neuve à Bruxelles, s’est déroulé dans le calme.
Dominique Michel, 57 ans, multidiplômé au CV dodu, dirige la fédération du commerce depuis 2008.
Les communes et leurs policiers devront sécuriser les artères commerçantes.
Les syndicats s’inquiètent déjà de la santé des clients et de la protection des employés dans les magasins.
La Première ministre, selon toute vraisemblance, va prolonger le confinement.
d-20200103-3Y35G5 2020-01-03 16:53:09
Alors que les files se raccourcissent devant les supermarchés, les discussions entre syndicats du personnel et patronat s’allongent...
Tout comme chez Amazon, les enseignes belges actives dans le commerce non-alimentaire en ligne connaissent une demande sans précédent des consommateurs.
BELGIUM BRUSSELS CITY CENTER COVID-19
WhatsApp Image 2020-03-14 at 14.04.12
Les rayons pris d’assaut ne resteront pas longtemps vides car les dépôts des grands détaillants sont bien fournis, assure la fédération belge du commerce.
C’est probablement l’incertitude qui explique ce rush vers la nourriture et les produits d’entretien ménagers, constaté aux quatre coins du pays.