Accueil Opinions Chroniques

Etats-Unis: chronique d’une pandémie annoncée où toutes les mises en garde ont été balayées

Bien avant le départ de la pandémie de coronavirus, plusieurs experts ont souligné l’impréparation des Etats-Unis pour faire face à un tel fléau. Aveuglée par ses préoccupations géopolitiques et stratégiques, l’Administration américaine a balayé toutes les mises en garde.

Article réservé aux abonnés
Chroniqueur Temps de lecture: 5 min

Aux Etats-Unis, il ne faudra pas attendre une commission d’enquête parlementaire pour évaluer comment les autorités ont répondu à la pandémie du coronavirus. Le « journalisme de reddition de comptes » tourne déjà à plein régime dans ce pays où la Cour suprême a consacré le rôle de la presse comme Quatrième pouvoir. « Il a fallu 70 jours pour que Donald Trump traite le coronavirus non pas comme une menace distante ou une grippe inoffensive, mais comme une force meurtrière qui s’apprête à tuer des dizaines de milliers de citoyens », écrivait le Washington Post le 4 avril dans un article de 40.000 signes, fondé sur l’interview de 47 experts et sévèrement intitulé : « Les Etats-Unis accablés par le déni et les dysfonctionnements ».

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

26 Commentaires

  • Posté par Tanghe Michel, vendredi 10 avril 2020, 22:32

    Cessons de croire que cette catastrophe mondiale serait le fruit des amours impossibles d'un pangolin et d'une chauve-souris. Regardons les choses en face. La Chine n'a pas compris ce qui lui arrivait, et n'a sonné le tocsin que lorsqu'elle a réalisé qu'elle était la cible d'une attaque bactériologique. L'OMS pourrait également être fautive de ne pas avoir exigé que les recherches et manipulations bactériologique soient hors de portée des militaires… Mais espérer que les gendarmes du monde en tiennent compte est une autre histoire, comme dirait Kipling !...

  • Posté par Bricourt Noela, vendredi 10 avril 2020, 19:36

    Les pays d'Europe devraient se taire.

  • Posté par MOUROT Emmanuel, vendredi 10 avril 2020, 15:04

    Je me demande avec une tel requisitoire si ce n'est pas un peu l'hôpital qui se fout de la charité ? L'impréparation était similaire aux Etats-Unis et en Europe. Des pays asiatiques ont bien su géré la crise, la Corée ou le Japon pour ne citer qu'eux, la Chine aussi si on met de côté le fait qu'ils auraient pu un peu mentir sur les chiffres. C'est la preuve qu'il était possible de bien gérer la crise...

  • Posté par paulina tryba, vendredi 10 avril 2020, 11:51

    Que ceux qui ne comprennent pas les critiques de Trump envers l'OMS retrouvent cette vidéo ou ils refusent de parler de Taiwan en tant que territoire indépendant, et qu'ils regardent toutes les fois où l'OMS a félicité la Chine pour sa gestion du corona. Des félicitations pour une gestion qui a permis de propager le virus au reste du monde ? L'OMS qui n'a pas recommandé de fermer les frontières avec la Chine, interrompre le trafic aérien, et qui continue de ne pas recommandner le port de masques ? Trump a été le premier a suspendre les vols avec la Chine et ensuite avec l'UE. Et si il avait ordonné des mesures d'urgences plus tôt, et imposé certaines restrictions à sa population, osez me dire qu'il ne se serait pas fait traiter de nazi authoritaire. Mais oui, orange man bad et on cite le Washington Post comme référence, alors qu'on trouve des preuves de leurs fakes news et de leur propagande anti-trump en 3 clics. Si vous croyez vraiment que 45% des américains qui approuvent le taff de Trump sont des idiots...

  • Posté par Grulois Stanislas, vendredi 10 avril 2020, 14:48

    L'OMS a des torts. La Chine et les européens aussi c'est certain. Mais même après avoir fermé les frontières Trump a continué à parler de cette pandémie comme d'une simple grippe. Il a en fait fermé ses frontières en désignant des boucs-émissaires au prétexte que la Chine avait menti (Ce qui est vrai) et que les européens ne l'avaient pas fait avant, nous désignant de facto comme vecteurs principaux de la pandémie. Les USA étaient déjà touchés mais la situation n'était pas encore désespérée. Mais ce faisant, il a à nouveau (et comme toujours) nié ses propres responsabilités en la matière. Il savait en réalité depuis le mois de novembre ce qui allait se passer. Mais Trump n'écoute que lui-même. Il a balayé tous les rapports décrivant les scénarios possibles liés au coronavirus. Je suis sûr qu'il s'est "réveillé" le jour où un de ses conseillers lui a écrit un autre rapport ne tenant qu'en une seule phrase : "cette pandémie n'est pas bonne en vue de votre réélection". Oui car il est incapable de comprendre 2 phrases à la suite. À l'heure qu'il est, il pense à la réouverture des frontières pour le début du mois de mai...

Plus de commentaires

Aussi en Chroniques

Chronique «Je crois à la vertu des petits peuples»

Le trajet accompli est immense, mais il reste tant de livres néerlandophones à découvrir. La revue « Septentrion » fête 50 ans de publications d’informations culturelles sur le monde néerlandophone, pour le rapprocher de la francophonie. Un projet jugé téméraire à l’époque.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs