Accueil Société

Terminer l’année scolaire le 3 juillet aurait coûté 31 millions d’euros

En outre, l’idée aurait dû vaincre une montagne de difficultés administratives.

Temps de lecture: 1 min

Terminer l’année scolaire le 3 juillet au lieu du 30 juin afin de rattraper un maximum d’apprentissages « perdus » menaçait de coûter plus de 31 millions d’euros, pour trois jours d’école supplémentaires donc, en coût salarial du personnel, à en croire vendredi un document de l’administration qu’ont pu se procurer les journaux du groupe Sudpresse.

L’idée évoquée par le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles Pierre-Yves Jeholet (MR) aurait en outre dû vaincre une montagne de difficultés administratives, d’après une première analyse juridique, technologique et budgétaire de l’administration transmise à la ministre de l’Education Caroline Désir (PS).

Il en aurait notamment coûté plus de 24 millions d’euros pour le personnel nommé, plus de 5 millions pour le personnel temporaire, qui est normalement licencié le 30 juin, et plus de 2,5 millions pour les intérimaires.

Habitat

 

À lire aussi Tourisme: les vacances de Pâques sont perdues, et celles d’été?

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par NICODEME CLAUDE, vendredi 10 avril 2020, 17:08

    Messieurs Van Dalem & Deschamps, comme le souligne Mr.Drobisz, votre raisonnement est dichotomique et très orienté contre les enseignants. Sachez qu'ils ont été très nombreux à se dévouer pendant la quinzaine avant Pâques pour continuer au mieux le cursus scolaire des enfants. Faisant face à d'énormes difficultés: 1) techniques car l'enseignement à distance n'était pas pratiqué et donc pas prêt du tout (contrairement à ce que les politiciens voulait faire passer comme message) 2) pédagogiques car comment voir si on donne assez de travail, sans en donner trop tout en prenant garde de ne pas donner de la matière nouvelle.... beau challenge. Et maintenant, comme nous sommes encore dans l'incertitude, personne ne sait si on reprend le 20/4 où le 4/5 ou... Ainsi, beaucoup se préparent à devoir donner cours via des site d'e-learning et pour cela il faut trouver la platefome, s'y inscrire (si gratuit), revoir son cours car on ne peut le donner de la même manière que quand on est devant sa classe (Mr. Paul Mahy me donnera raison). Qui plus est, leur direction leur a souvent demandé de "garder le contact électronique" avec les élèves pendant ces vacances au cas où il faudrait continuer de la sorte.. sinon après 15 jours, il faudra au moins une semaine pour faire reprendre la mayonnaise. Donc, beaucoup travaillent encore maintenant contrairement à ce que vous pensez. Ainsi quand on leur dit qu'il faudra éventuellement travailler en juillet, je comprends que certains ne soient pas d'accord. Maintenant, relisez l'article, il n'est pas dit non plus que les enseignants ont refusé. Simplement, le politique a analysé l'éventuel surcoût. Là aussi, je crains un effet d'annonce. Pour les temporaire et intérimaire, le contrat est rompu fin-juin, il est donc NORMAL si on leur demande de travailler en juillet de les payer. Pour les enseignants nommés, ils sont, à mon avis payé sur base d'un barême annuel (les fameux 301-501,...) et je me demande si juridiquement, l'Etat ne pourrait pas leur demander des prestations en juillet. Mais je ne suis par certains de ce que j'avance car ils ont évidemment un régime particulier par rapport au nombre de jours de congé (ce ne sont bien sûr pas les 21 jours légaux par an donnant droit aux "congé payés" l'année suivante). Donc, là il faut voir s'ils ont droit à un régime d'HS. Mais svp, n'attaquer pas les enseignants d'une manière absurde. Je suis ex-enseignant, je suis dans le privé et je ne voudrais pas être à leur place pour le moment. Je pense qu'ils font de leur mieux et que les gens ne sont pas plus "pushing" dans le privé. Bien à vous.

  • Posté par Dechamps Fr, vendredi 10 avril 2020, 12:27

    Comment avoir de l’empathie pour les enseignants devant tant d'incivisme, d’égoïsme ? Les remarques de marc Van Dalem ci dessous sont claires et pertinentes! Et si ce n'est que le fait des syndicats des enseignants, que les enseignants réagissent! Bel exemple pour notre jeunesse!

  • Posté par Mahy Paul, vendredi 10 avril 2020, 11:49

    En tant qu'ancien enseignant, je suis gêné de ce manque de solidarité des "enseignants". Malheureusement, les syndicats défendent leur travailleurs enseignants et non les vrais enseignants travailleurs. Ces derniers sont heureusement beaucoup plus nombreux mais ils sont rarement syndiqués... A situation exceptionnelle, organisation exceptionnelle. Quand on voit les pertes que vont subir tous les indépendants en congé forcé, il est scandaleux que le monde enseignant ne soit pas solidaire.

  • Posté par Van Dalem Marc, vendredi 10 avril 2020, 10:41

    Belle mentalité. Être payé à 100% quand on fait grève, quand on est en réunion pédagogique ... au café du coin ...(véridique) - ou quand, pour raison de COVID-19 on ne doit pas se rendre à l'école - ça, c'est un DROIT des enseignants. Il n'y a aucune difficulté administrative à multiplier les grèves et autres actions pendant lesquelles les élèves n'ont pas cours (comme les aider à participer aux promenades du vendredi et apprendre à confectionner des calicots pendant les jours précédents!!!) - et la ministre PS n'y trouve rien à redire! Par contre, considérer que, pour les mêmes raisons de COVID19, on pourrait DÉPLACER quelques jours d'inactivité de mars ou mai vers début juillet, là ce n'est pas un DEVOIR (de solidarité ...), il faudrait les payer en heures sup!!! Pourquoi ne pas, comme dans beaucoup d'autres secteurs, OBLIGER les enseignants à prendre 25% de leurs jours de congé maintenant pour être dispo en juillet!!! Heureusement que le personnel médical ne réagit pas de la même manière. Bravo au personnel médical et antibravo à la grande majorité du personnel enseignant (il y en a qui méritent aussi un bravo mais seulement une minorité). Question pour Madame DESIR: si d'aventure l'école ne reprend pas avant septembre, le personnel enseignant sera-t-il considéré en congé en juillet-août ou en heures supp? Avez-vous déjà prévu un budget de 90 millions pour payer ces heures sup? Les enseignants pourront-ils récupérer leurs congés en septembre-octobre?

  • Posté par Drobisz Sebastien, vendredi 10 avril 2020, 14:24

    Votre raisonnement est très dichotomique. Les enseignants sont à la maison donc ils sont en vacances, les enseignants sont en cours (donc ils travaillent). Les enseignants doivent être fustigés et certains (une minorité selon vous) applaudis. Les enseignants seront-ils en congé en juillet-août ou en heures sup ? En lisant l'article on se rend compte que pour les temporaires, ceux-ci sont licenciés le 30 juin. Donc ni en vacances, ni en train de travailler, mais plutôt au chômage ou sur une activité complémentaire. Je mets juste en évidence que vos préjugés ne rendent ni votre discours faux ou vrai, mais simplement incomplet.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko