Accueil Société

Faire son deuil en confinement: «En nous enlevant les rites, on rend ces morts inhumaines»

Impossibilité de dire au revoir, de s’embrasser, de se rassembler. Comment faire son deuil en période de confinement ? Des Belges qui ont perdu un proche témoignent.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Enquêtes Temps de lecture: 6 min

Rina n’a pas pu aller à l’enterrement.

Ce fut sobre. Les enfants et leurs conjoints, deux petites-filles. Chaque couple à 2 mètres de distance. Les cérémonies funéraires sont désormais limitées à 15 personnes, dont le personnel des pompes funèbres et le prêtre. Julien Van Schouwburg est mort à 90 ans, une bronchite qui s’est avérée être un cas de Covid-19. La veille des funérailles, le personnel de la maison de repos a annoncé à Rina qu’elle avait été testée positive elle aussi. Pas question de sortir de sa chambre, même pour dire adieu à l’homme avec qui elle a partagé 62 ans de sa vie.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs