Accueil Société

Selon des chercheurs de la KULeuven, «il n’y a pas eu un patient zéro en Belgique, mais plusieurs»

Le séquençage génomique du coronavirus permet de tracer son évolution dans le monde au travers d’arbres phylogénétiques. En Belgique, des chercheurs de la KULeuven examinent plus de 250 échantillons qui montrent que son origine est très variée.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 5 min

A l’heure actuelle, plus de 3.000 génomes du SARS-CoV-2 ont été partagés publiquement et analysés sous la loupe des chercheurs du monde entier pour comprendre comment le virus évolue et se propage. Des mini-mutations de ses quelque 29.900 bases permettent en effet de suivre le cheminement du nouveau coronavirus depuis son apparition en décembre dernier dans le centre de la Chine. Très schématiquement, on peut imaginer, pour mieux comprendre, que la photocopieuse connaît quelques petits ratés. Ce sont ces légères modulations dans les différents isolats que les chercheurs analysent dans le monde entier en fonction des données disponibles.

Ce travail minutieux prend du temps. Beaucoup de temps. Il faut d’abord séquencer le virus en laboratoire, puis modéliser son évolution au départ d’un foyer. Même à son stade encore partiel, l’analyse n’en est pas moins riche d’enseignements, puisqu’elle permet d’examiner les différentes chaînes de transmission à travers le monde.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

13 Commentaires

  • Posté par curto calogero, mardi 14 avril 2020, 15:58

    La kUL, n'est plus crédible, ils travail à la solde des politiques, qui vont considèrablement augmenter, leurs subventions, leurs consignes sont dictè par le politique afin d' atténuer leurs erreurs, les citoyens ne sont pas dupe.

  • Posté par Visiteur, lundi 13 avril 2020, 19:36

    Une pandémie est, par définition, toujours mondiale alors épargnez-nous ce laid et inutile pléonasme !

  • Posté par cobbaert jean, lundi 13 avril 2020, 13:39

    Beaucoup d'experts avaient mis en garde contre le retour des belges de vacances de mardi gras venant de l'Italie. Les vacanciers étaient même surpris qu'il n'y avait aucun contrôle à l'aéroport de Zaventem alors qu'il y en avait en Italie. Et maintenant un mois après on dit que c'était cela la cause de notre épidémie.... mais pourquoi n'a t'on pas pris de précautions à ce moment? Que faisaient alors nos experts, les Van Ranst, André et consorts?

  • Posté par Lilien Raymond, lundi 13 avril 2020, 16:31

    Avez-vous lu l'article ? Il dit clairement qu'il y a en Belgique plusieurs origines : Italie, mais aussi Chine, France, Pays-Bas et Canada ! De plus, tester les voyageurs revenant d'Italie en avion était inutile : l'Italie du nord, c'est aussi beaucoup de vacanciers en voiture. Tester tous les vacanciers et voyageurs venant de l'étranger, par tous les modes de transport, était inimaginable à la fin des congés de Carnaval.

  • Posté par Ask Just, lundi 13 avril 2020, 14:38

    Que faisaient nos experts? Une certaine Mme M. De Block les traitait de "drama queens" en tapant sur sa calculette pour trouver d'autres dépenses de soin de santé à sabrer... D'autres, faciles à reconnaître, voulaient éviter un "bain de sang économique". Comme de coutume, la logique comptable a empêché nos gouvernants de sortir de leur cadre de pensée sclérosé jusqu'à ce que ni le désastre sanitaire, ni le bain de sang économique ne puissent plus être contenus. A méditer pour les autres crises en cours pour lesquels ils sont prévenus et reprévenus

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs