Émeutes à Anderlecht: vol d’une arme de la police et nouveaux incidents cette nuit

Émeutes à Anderlecht: vol d’une arme de la police et nouveaux incidents cette nuit

La police de la zone Bruxelles-Midi a recensé 43 arrestations dans le cadre des émeutes qui ont éclaté dans différents quartiers d’Anderlecht, notamment sur la place du Conseil et du côté de la station de métro Clémenceau. Samedi soir, la police maîtrisait la situation mais les opérations pourraient encore se prolonger jusqu’à dimanche matin, selon le chef de corps de la zone de police Bruxelles-Midi, Patrick Evenepoel. Interrogé sur les ondes de la VRT, il a par ailleurs indiqué qu’une arme à feu avait été volée.

Des appels au rassemblement, malgré l’interdiction de se regrouper en vertu des mesures de sécurité liées à la pandémie de coronavirus, ont débouché sur des émeutes, samedi après-midi, à Anderlecht. Les appels ont été lancés sur les réseaux sociaux dans le but d’exprimer un mécontentement à la suite du décès accidentel, vendredi, d’un jeune homme qui fuyait un contrôle de police.

Plusieurs personnes ont enfreint l’interdiction de rassemblement. La police est alors intervenue et a essuyé des tirs de projectiles.

Lors de l’intervention, une arme de service a été volée dans une voiture de police, a indiqué le chef de corps Patrick Evenepoel, interrogé samedi soir sur les ondes de la VRT. Une vidéo circule sur les réseaux sociaux. « À un moment donné, l’un de nos véhicules a été encerclé. Une arme à feu y a notamment été dérobée », a-t-il précisé.

Selon La Capitale, cette arme aurait été retrouvée dans un parc, mais le chef de corps de la zone de Bruxelles-Midi n’a pas confirmé l’information. L’auteur du vol n’a pas encore été interpellé. « Nous devons encore procéder aux identifications. Mais nous avons déjà une piste », a-t-il ajouté.

On pensait que tout s'était calmé en début de soirée, mais il y a encore eu des problèmes par la suite. « Vers 20h, la situation était sous contrôle sur l'ensemble du territoire. Nous avons eu une nouvelle flambée de violence, assez limitée, vers 22h, avec des jets de pierres sur un commissariat (des vitres ont été brisées), mais cela a très rapidement été réprimé par la police », a indiqué Fabien Cumps, bourgmestre d'Anderlecht, à RTL dimanche matin.

Enquête sur la mort d’Adil

Vendredi soir, un jeune homme de 19 ans, prénommé Adil, circulait en scooter sur le quai de l’Industrie à Anderlecht lorsqu’il a percuté de plein fouet un véhicule de police qui venait en face de lui. La victime fuyait une première patrouille qui avait tenté de le contrôler. Le véhicule qu’il a percuté arrivait en renfort.

Une enquête est en cours pour déterminer les circonstances de l’accident.

Par ailleurs, le bourgmestre d’Anderlecht, Fabrice Cumps, a précisé samedi que les parents d’Adil ont affirmé n’être en rien responsables des appels au rassemblement et qu’ils appelaient au retour au calme dans les quartiers d’Anderlecht.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous