Emeutes à Anderlecht: comment une arme de service a pu être dérobée?

Emeutes à Anderlecht: comment une arme de service a pu être dérobée?

Vendredi soir, un jeune homme de 19 ans, prénommé Adil, circulait en scooter sur le quai de l’Industrie à Anderlecht lorsqu’il a percuté de plein fouet un véhicule de police qui venait en face de lui. La victime fuyait une première patrouille qui avait tenté de le contrôler. Le véhicule qu’il a percuté arrivait en renfort.

Une enquête est en cours pour déterminer les circonstances de l’accident.

Lors d’une conférence de presse ce dimanche, le chef de corps de la zone de police Bruxelles Midi a été interrogé sur un fait survenu samedi. Durant les émeutes, une voiture de police a été complètement saccagée. Sur différentes vidéos, on voit qu’une personne a réussi à dérober une arme dans le véhicule. Selon le chef de corps, l’arme n’a pas été retrouvée, contrairement à ce qu’indiquaient plusieurs médias. «  Actuellement, nous n’avons pas encore retrouvé l’auteur du vol de l’arme. Nous sommes occupés à faire l’enquête. On espère bien la retrouver, mais pour l’instant ce n’est pas le cas  ».

Pour le policier, cet un événement qui «  est toujours inquiétant  ». «  Une arme qui est dans la nature, surtout une arme de police, ce n’est pas quelque chose qui nous rend fier, c’est sûr et certain, mais…  », a expliqué Patrick Evenepoel.

Le représentant de la zone a ensuite donné plus de précisions sur l’arme dérobée. «  C’est une arme de service classique, avec une sécurité dessus. Mais quelqu’un qui sait manipuler une arme sait enlever la sécurité. Ce n’est pas une arme spéciale, c’est une arme classique de service  ».

Comment a-t-elle été dérobée ?

«  C’est un véhicule de notre service trafic, qui finalement a été encerclé. Le chauffeur était seul à bord, parce que les gens qui occupaient le véhicule étaient sur le terrain. Il a été encerclé d’une vitesse incroyable. Vous avez sûrement pu le voir sur les films qui circulent. Avec une violence inouïe. Il a dû sauver sa propre vie pour quitter le véhicule. Et l’arme était à bord. Je ne peux pas lui reprocher de sauver sa vie  », a conclu Patrick Evenepoel.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous