Accueil Économie Emploi

Faut-il augmenter le nombre de jours de télétravail quand la fonction le permet après le déconfinement?

Le télétravail a gagné du terrain. Mais il a ses limites.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 3 min

Chaque jour, le coronavirus continue de prendre des vies. Et pourtant, à un moment, la vie reprendra ses droits. Le travail redémarrera. Et si celui-ci semble difficile à évaluer, l’impact de la pandémie sur l’économie n’en sera pas moins réel. Dès lors, des mesures devront être prises pour limiter les effets de cette parenthèse sur le marché du travail. Alors que les employés se sont habitués au télétravail, faut-il le favoriser même après le déconfinement ?

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Deckers Björn, lundi 13 avril 2020, 14:25

    Comme d'autres ici, je fais partie de ceux qui ont la chance de pouvoir télétravailler pendant cette crise sanitaire. A l'évidence, tant pour les employés que pour les employeurs quand cela est possible, une aubaine vu les circonstances. Mais pour avoir moi aussi pu apprécier en dehors de cette période particulière, les avantages non négligeables du télétravail (gain de temps en trajet, diminution du stress par rapport à ceux-ci), je ne pense pas qu'il faille généraliser le télétravail. Plusieurs réflexions utiles sont déjà dans l'article, perte de relation sociale, perte d'échanges d'informations professionnelles utiles (un désastre annoncé en terme de knowledge managment), enfin, les syndicalistes ont raison de le soulever : du télétravailleurs salarié au franchisé qui preste des heures en facturant à la semaine (bonjour la précarité), il n'y a qu'un pas que les sociétés franchiront d'autant plus facilement qu'elles auront détruit les relations interpersonnelles en "offrant" le télétravail illimité. Un maximum de deux jours par semaines en temps normal est un juste équilibre. Par ailleurs, en terme de mobilité, je ne me lasse pas de l'écrire, le télétravail ne peut pas tout. Les sociétés en Belgique ne peuvent continuer à emm... le gouvernement sur ce sujet et en même temps hurler comme une truie qu'on emmène à l'abattoir dès qu'il est question de remettre en cause la voiture de société. Si les sociétés veulent améliorer la mobilité en Belgique, qu'elles commencent par observer leurs propre inconséquence!

  • Posté par Scaillet Jean, lundi 13 avril 2020, 12:46

    Le télétravail doit être correctement encadré dans conventions collectives pour protéger les travailleurs (et leur famille) et aussi les employeurs. Mais il faudra aussi faire admettre aux managers qu’ils / elles ne sont pas des poules qui veulent avoir en permanence leurs poussins à vue. Leur rôle ne se limite à surveiller les membres de leur équipe. Les travailleurs doivent être considérés comme des adultes responsables!

  • Posté par Dib Rihon Renata, lundi 13 avril 2020, 11:51

    J’ai eu la chance de travailler pour une société qui avait introduit le télétravail des années avant cette crise et je n’y ai vu que des avantages, à commencer par le gain de temps et l’absence de stress en n’étant plus obligé de me coltiner les bouchons journaliers pour rentrer dans Bruxelles. M’arrivait il de prester plus que mes huit heures? Oui, et alors? C’était mon choix. Le danger principal réside à mon avis dans le risque de s’isoler de la vie de l’entreprise. Je pense donc que les entreprises devront veiller à améliorer leur communication afin ne pas perdre des employés en cours de chemin. Mais si vous me parlez de télétravail, je dis oui, cent fois oui si c’est possible.

  • Posté par Lambert Denise, lundi 13 avril 2020, 11:23

    Je ne sais pas s'il existe des entreprise où le télétravail est obligatoire (hormis actuellement s'entend). Donc l'augmentation du nombre de jours de télétravail en mode post confinement ne sera 1/pas la norme (il reste un sacré paquets d'entreprises ou la confiance n'est pas de mise), 2/pas obligatoire et donc au travailleur de calculer les avantages /inconvénients. Je ne pense vraiment pas que ce calcule se fasse en monnaie sonnante et trébuchante mais surtout en qualité de vie. Je le levais à 5h20 pour prendre le train (3h de déplacement par jour de porte à porte) Mais à part cela j'ai en effet besoin de contacts réels avec mes collègues et j'ai la chance de pouvoir travailler au calme dans un endroit dédié de la maison. Je n'attends pas une prime télétravail pour y voir des avantages ils sont déjà bien réels. Même si je travaille plus longtemps mes journées sont plus courtes grâce à l'absence de trajet ces jours là.

Aussi en Emploi

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs