Accueil Culture Arts plastiques

Les filles du Tsar n’ont pas été assassinées

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

En mars 1918, le traité de Brest-Litovsk mettait fin à la guerre entre l’Allemagne et la Russie. Dans la situation où se trouvait l’armée russe après un an de troubles révolutionnaires, cela correspondait aux vœux de l’opinion. Toutefois, comme, pour Lénine, l’avenir de la révolution comptait plus que celui de la Russie, la perte de territoires pour gagner du temps importait moins que l’accusation dont il était l’objet dans le camp même de la révolution : en signant une paix séparée avec le Kaiser, il trahissait le prolétariat allemand qu’affaiblissait ce triomphe du Kaiser. «  Nous avons transformé le parti en un tas de fumier », commentait Boukharine. Les socialistes révolutionnaires (SR) de gauche pensaient de même.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Arts plastiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs