Accueil Opinions Cartes blanches

«Coronavirus et droits de la défense: le diable se cache dans les détails»

Le ministre de la Justice a adopté il y a quelques jours un arrêté royal visant à limiter l’impact de la pandémie de coronavirus sur les procédures pénales et pénitentiaires. Selon Léa Teper, les droits fondamentaux en prison ne font pas partie des priorités gouvernementales

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 6 min

En 2005 et 2006, naissaient enfin les premières lois de droit pénitentiaire. « Enfin » : oui, parce que jusqu’alors la prison était un lieu de non-droit, caractérisé par une omerta toute puissante et un système de faveurs dénué de toute liberté. Ce 9 avril 2020, le ministre de la Justice a adopté un arrêté royal visant à limiter l’impact de la pandémie de coronavirus sur les procédures pénales et pénitentiaires. Sa lecture nous laisse pessimiste quant à l’évolution de la situation en prison : les droits fondamentaux ne font pas partie des priorités gouvernementales. Pourtant, on pourrait espérer d’un ministre de la Justice de ne jamais renoncer à ces essentiels, surtout dans les périodes de crise, qui mettent au défi les fondements de notre démocratie.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cartes blanches

Carte blanche La faim n’est pas une fatalité

Chaque année, la Journée mondiale de l’alimentation est une triste occasion de constater que nous sommes loin d’être « sur la bonne voie » pour éliminer la faim d’ici 2030. Les solutions ? Plus de cohérence entre nos politiques agricoles, climatiques et économiques, d’une part, et se réapproprier les systèmes alimentaires pour permettre une transition vers l’agroécologie, d’autre part.

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs