Accueil Belgique

«On a pris des mesures pour les maisons de repos, mais trop limitées»

Katrijn Van Rossem est présidente du groupe maisons de repos chez Gibbis, la fédération patronale pluraliste du secteur privé associatif des institutions de soins à Bruxelles.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 3 min

S’est-on trop focalisé sur les hôpitaux au début de la crise ?

On a mis effectivement longtemps le focus sur les hôpitaux. On a rapidement pris des mesures pour les maisons de repos, mais trop limitées. On a mis les maisons de repos en confinement dans l’espoir d’ainsi les préserver. On aurait pu profiter de cette période pour tester plus tôt le personnel et les résidents, former le personnel, etc. Néanmoins, il était important de s’assurer que la capacité en soins intensifs dans nos hôpitaux soit suffisante et donc réguler et créer de la capacité additionnelle était une priorité importante. Grâce à cette stratégie, la situation dans les hôpitaux est encore sous contrôle aujourd’hui.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs