L’immobilier accusera une baisse des prix de 2% en 2020, selon ING

L’immobilier accusera une baisse des prix de 2% en 2020, selon ING
Belga

Le marché immobilier, également touché par le crise du coronavirus, verra le nombre de transactions baisser et accusera dès lors une baisse des prix de 2% en 2020, prédit la division d’analyse économique et financière d’ING Belgique.

Si les mesures prises pour lutter contre la propagation du coronavirus entraînent une forte baisse du nombre de transactions à court terme, l’intérêt a également substantiellement baissé. Le nombre de visites sur les sites de recherche de biens immobiliers par les Belges a diminué de moitié, révèle la banque.

«Nous nous attendons à ce que le nombre de transactions se rétablisse relativement rapidement, mais étant donné le nombre élevé de transactions en 2019 en raison de l’abolition annoncée du bonus logement en Flandre, le nombre de transactions en 2020 sera inférieur au niveau de 2019», souligne ING.

Qui dit décroissance des revenus, dit également effet négatif sur la capacité d’emprunt. La banque attend dès lors une faible évolution des taux d’intérêt hypothécaires et donc une baisse des prix de l’immobilier, de l’ordre de 2% en 2020.

ING prévoit toutefois que «le marché immobilier restera attractif pour les investisseurs et que la confiance bien ancrée des Belges dans la stabilité du marché immobilier ne sera pas entamée».

>Selon KBC, le prix de l’immobilier recule pour la première fois depuis 1983

Depuis le 13 mars, plus aucune nouvelle procédure de vente ne peut être organisée. En revanche, les procédures de vente en cours peuvent être menées à leur terme.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les 19 bourgmestres bruxellois ont décidé de faire cause commune.

    Pourquoi Bruxelles avance masquée

  2. BRUXELLES, illustration maneken pis masque Bruxelles .GOLINVAUX

    Port du masque obligatoire à Bruxelles: le guide pratique

  3. Cette fois, il ne s’agit pas uniquement pour les missionnaires royaux de trouver une coalition après un scrutin. L’enjeu est plus profond pour la Belgique.

    Ce qui se joue derrière les négociations fédérales

La chronique
  • «Vous avez de ces mots»: du rififi au Quai Conti

    Nous sommes en 1629. Neuf personnalités parisiennes, actives dans le domaine des lettres, ont pris l’habitude de se rencontrer chaque semaine au domicile d’un des leurs, Valentin Conrart. Le cardinal de Richelieu, alerté par son secrétaire, l’abbé de Boisrobert, s’intéresse à ces intellectuels qu’il prend sous sa protection. Il décide de donner à ce groupe le statut d’une compagnie littéraire dépendant de l’autorité royale, d’après le modèle qui a prévalu à Florence en 1582 pour la création de la fameuse Accademia della Crusca.

    Une académie procrastinatrice

    Les statuts de la Compagnie sont finalisés dès 1634 et officialisés le 29 janvier 1635 par des lettres patentes de Louis XIII. L’article 24 précise...

    Lire la suite

  • Le masque à Bruxelles, entre symbole et incertitude

    Comment le monde a changé ». Tel est le titre du dossier que Le Soir proposait ce mardi, mettant sous la loupe les changements imprimés par le coronavirus à la planète, du vivre-ensemble à la géopolitique en passant par la science.

    Bruxelles aussi a changé, c’est peu de l’écrire. La capitale appréciée des expats pour son doux désordre impose depuis mercredi le port du masque dans l’espace public, jusqu’aux confins de sa Région. Le seuil des 50 contaminations par 100.000 habitants a été...

    Lire la suite