Accueil Monde Asie-Pacifique

Coronavirus: feu vert en Chine aux essais cliniques de deux nouveaux vaccins

La Chine conduit donc dorénavant de front des essais cliniques pour trois candidats vaccins différents.

Temps de lecture: 2 min

La Chine a annoncé mardi avoir approuvé des essais cliniques sur l’homme pour deux vaccins expérimentaux supplémentaires afin de lutter contre le nouveau coronavirus, dans le cadre d’une lutte mondiale pour juguler la pandémie.

Les deux vaccins utilisent des agents pathogènes inactivés, a expliqué Wu Yuanbin, un responsable du ministère chinois de la Science et de la Technologie, lors d’un point de presse.

Les essais pour l’un des vaccins, développé à Pékin par la société pharmaceutique chinoise Sinovac Biotech, cotée au Nasdaq, ont été approuvés lundi par l’agence chinoise des médicaments et de la sécurité alimentaire, a précisé M. Wu. Le deuxième, développé par l’Institut de produits biologiques de Wuhan et l’Institut de virologie de Wuhan, a reçu le feu vert dimanche.

La Chine conduit donc dorénavant de front des essais cliniques pour trois candidats vaccins différents. Pékin avait approuvé de premiers essais le 16 mars pour un vaccin développé par l’Académie militaire des sciences médicales et le groupe de biotechnologie chinois CanSino coté à Hong Kong.

« La vaccination de sujets durant la phase 1 des essais cliniques et le recrutement de volontaires pour la phase 2 des essais cliniques a commencé le 9 avril », en ce qui concerne ce vaccin, a dit M. Wu. « Il s’agit du premier vaccin contre le coronavirus au monde à entamer les études cliniques de phase 2 ».

Une course contre la montre

La compagnie pharmaceutique américaine Moderna avait annoncé simultanément mi-mars procéder également à des essais cliniques pour son candidat vaccin aux Etats-Unis.

D’autres projets de vaccins actuellement menés par des équipes chinoises, utilisant des virus de grippe atténués ou des acides nucléiques, sont en cours d’évaluation ou testés sur des animaux, selon M. Wu.

« Les vaccins utilisant ces dernières méthodes techniques devraient être présentés en avril et en mai pour recevoir une approbation de conduire des essais cliniques », a-t-il ajouté.

Les groupes pharmaceutiques et les laboratoires de recherche à travers le monde se sont lancés dans une course contre la montre pour développer traitements et vaccins contre le Covid-19, qui a tué plus de 120.000 personnes avec près de deux millions de personnes contaminées, en utilisant une variété de nouvelles technologies. Le délai estimé pour un vaccin est de 12 à 18 mois minimum.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par André Philippe, mercredi 15 avril 2020, 11:38

    La technique que CanSino, une firme de Tianjin, a déployée contre le coronavirus, ils la maîtrisaient déjà pour la production de vaccins contre d'autres maladies virales. Des cellules de culture d'origine humaine (lointaine) sont infectées par un adénovirus vecteur de matériel génétique codant pour la protéine antigénique. C'est plus sûr que les deux nouveaux projets chinois de vaccins inactivés et c'est plus facile à produire à grande échelle parce l'antigène est produit par des cellules qu'on reproduit aisément par simple fermentation. CanSino collabore avec les services médicaux de l'armée chinoise. Forcément, leurs études cliniques avancent à pas militaire. On sait déjà sur base de la première phase des essais cliniques que leur vaccin est bien toléré. Si ce vaccin passe les deux phases suivantes, il devrait être disponible beaucoup plus rapidement que le temps habituellement nécessaire pour le développement d'un vaccin. Cerise sur le gâteau, la fabrication industrielle d'un vaccin de ce type ne nécessite pas de grosse infrastructure. Les réacteurs de fermentation des cellules productrices sont de petit volume. Ils sont commercialement disponibles prêts à l'emploi. Le gouvernement belge ferait peut-être bien de voir qui en Belgique aurait la capacité de produire le vaccin de CanSino sous licence parce que c'est sans doute le projet le plus prometteur. Un peu d'anticipation serait bienvenu. Sinon, on devra encore supplier la Chine de nous fournir, cette fois-ci des vaccins, quand tous les autres pays du monde leur passeront aussi commande.

Aussi en Asie-Pacifique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une