Selon l’agence belge des médicaments, l’hydroxychloroquine peut endommager les globules rouges

Selon l’agence belge des médicaments, l’hydroxychloroquine peut endommager les globules rouges
Reuters

Certains malades du Covid-19 peuvent présenter des symptômes d’une dégradation accélérée des globules rouges, ou hémolyse, s’ils sont traités avec de l’hydroxychloroquine, a alerté mardi l’Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (AFMPS). Ce médicament, utilisé notamment pour traiter le lupus et commercialisé sous le nom de Plaquenil, est utilisé dans certaines conditions hospitalières pour les patients atteints du coronavirus.

L’AFMPS a rapporté mardi qu’une personne âgée de 32 ans a montré des signes d’hémolyse deux jours après le début du traitement. Il s’est avéré qu’elle souffrait d’un déficit en G6PD, une maladie héréditaire du métabolisme aussi appelée favisme. La personne a reçu une transfusion de globules rouges et d’acide folique. Le traitement s’est poursuivi et elle a pu quitter l’hôpital.

Rester prudent

L’agence recommande de rester prudent lors d’un traitement à l’hydroxychloroquine chez les patients présentant ce déficit. Elle conseille de demander aux malades du Covid-19 qui sont hospitalisés s’ils en sont atteints. Les signes d’hémolyse doivent être surveillés pendant le traitement, mais la vigilance reste de mise aussi après son arrêt.

La pâleur, la fatigue, les vertiges et une éventuelle hypotension sont des signes d’hémolyse. Une forme aiguë peut s’accompagner de frissons, de fièvre, de douleurs lombaires et abdominales, d’épuisement et de choc.

Sur le même sujet
MédicamentsPatient
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous