Accueil Belgique Politique

Elio Di Rupo évoque une reprise des cours «en mai» dans les écoles

Selon le ministre-président wallon, la réouverture aura lieu à une date indéterminée « en mai ».

Temps de lecture: 2 min

Le ministre-président wallon, Elio Di Rupo, a évoqué mercredi matin la prochaine réouverture des écoles, alors qu’un Conseil national de sécurité doit se réunir dans l’après-midi et discuter entre autres de cet élément.

Selon lui, cette réouverture aura lieu à une date indéterminée « en mai », alors qu’on s’attend de toute manière à ce que les autorités prolongent jusqu’à début mai au moins les mesures générales de confinement.

« Quelque chose se produira avec les écoles au mois de mai. A quel moment, on ne le sait pas encore. Mais cela ne se fera pas n’importe comment », a expliqué M. Di Rupo (PS) sur la chaîne d’information en continu LN24, prévoyant un « retour à l’école de manière progressive ».

Avec les ministres compétents, entre autres la ministre de l’Education de Fédération Wallonie-Bruxelles, Caroline Désir (PS), les discussions vont viser à « mettre au point une stratégie » qui devrait encadrer cette réouverture des écoles. « Il faudra du matériel », précise Elio Di Rupo, qui évoque l’éventuel port du masque dans les établissements scolaires.

« On n’est pas assez armé »

Le CDH, dans l’opposition en Wallonie et en FWB, a déjà indiqué que c’est encore trop tôt, selon lui, pour envisager d’envoyer à nouveau les enfants à l’école. « Imaginer la réouverture des écoles alors qu’on n’est pas, aujourd’hui, capable de gérer la situation dramatique dans les maisons de repos, c’est de la douce illusion », estime le député François Desquesnes, chef de groupe humaniste au parlement wallon, interrogé mercredi sur LN24 également.

Selon lui, les conditions ne sont actuellement pas remplies pour permettre une reprise sereine des cours. La pandémie est encore trop présente, avec un nombre important d’hospitalisations, et il faudrait avant tout être capable de dépister bien plus largement le coronavirus, pour isoler les cas et soigner. Actuellement, « on n’est pas assez armé », constate-t-il.

Les syndicats du secteur de l’enseignement ainsi que des organisations représentatives des parents et des élèves avaient émis mardi un communiqué commun, s’inquiétant d’une possible « relance prématurée des cours ».

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

42 Commentaires

  • Posté par Giuseppa Aviara, mercredi 15 avril 2020, 15:31

    C'est quoi cette cacophonie encore plus angoissante que le confinement? Si pas de reprise dans les écoles après le 19 avril, pas d'examens officiels en FWB, nous dit-on. Par conséquent, on en déduit logiquement que la rentrée scolaire éventuellement sera en septembre. Et maintenant, "quelque chose" va se passer dans les écoles à une date inconnue en mai! C'est quoi le but poursuivi à reprendre dans les écoles après la mi-mai? Pour remettre les parents au travail? Impossible, les conditions sont loin d’être réunies! Par souci de la santé des enfants confinés? pour des raisons académiques? Pas convaincant! Et les implications? Difficile à comprendre la logique et l'objectif recherché avec ces sorties désordonnées et inappropriées sur une question aussi complexe et aux implications vitales!

  • Posté par hemmer arthur, mercredi 15 avril 2020, 13:59

    Mafame Wafellman: je suis bien d'accord avec vous et ma contribution ne dit pas autre chose. La transmission de la maladie aux personnes les moins vulnérables est nécessaire à l'heure actuelle ....à moins de vivre confinés sans fin annoncée.

  • Posté par Debaix Marie-jeanne , mercredi 15 avril 2020, 15:22

    Désolée mais vous dites le contraire !

  • Posté par hemmer arthur, mercredi 15 avril 2020, 13:25

    Mais enfin, peut-on avoir un peu de raison: - les enseignants ont peur de s'occuper des enfants: pas pour les enfants qui sont, heureusement, totalement épargnés par le Covid, alors pour eux ? Mais ils applaudissent les soignants qui travaillent dans des conditions infiniment plus difficiles que ce qu'ils pourraient devoir faire - la transmission du virus dans les familles via les enfants: on notera que les parents ont en général moins de 50 ans. S'ils ont peur ... et bien qu'ils soient autorisés à ne pas envoyer leurs enfants à l'école - les grands-parents : oui c'est un danger mais il va se poser durant des mois, alors ou ils se coupent de leurs enfants et petits-enfants pour longtemps ou ils acceptent de courir un risque sanitaire réel Comment peut-on être constamment dans l'à peu près et le refus des réalités et refuser de responsabiliser chaque individu.

  • Posté par LAURENT Christian, mercredi 15 avril 2020, 22:53

    Où allez vous chercher que les enfants sont totalement épargnés? Ils sont asymptomatiques mais peuvent propager le virus! Et il y a eu des décès d'enfants et adolescents.

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une