Une vidéo trahit deux policiers français ayant franchi la frontière belge à Wattrelos

Photo prétexte de policiers municipaux français
Photo prétexte de policiers municipaux français - AFP

Les images ont fait le tour des réseaux sociaux. Comme le rapporte La Voix du Nord, sur une vidéo diffusée en fin de semaine dernière, on aperçoit deux policiers municipaux français en uniforme rue du Mont-à-Leux, à Mouscron. Un sac plastique en main, les fonctionnaires français regagnent leurs deux roues stationnés, eux, sur le territoire de Wattrelos, de l’autre côté des plots en béton qui ferment la frontière. Les agents plaisantent même avec les riverains avant de quitter les lieux.

Ce tableau est loin d’avoir fait rire les élus du secteur, et suscite un fort agacement des commentateurs sur Facebook. Car tout laisse à penser que les deux policiers sont allés acheter du tabac en Belgique alors que franchir la frontière pour des besoins non nécessaires est interdit depuis le début du confinement. Des dispositifs de blocage ont même été mis en place pour les récalcitrants, comme c’est le cas à l’ancien poste de douane du Mont-à-Leux où se déroule la scène.

Dès que la vidéo a été portée à leur connaissance, les mairies du secteur se sont donc empressées de découvrir quelle était la police municipale impliquée. Rapidement, celles de Wattrelos et Roubaix ont été écartées puisque les équipements visibles sur la vidéo ne correspondent pas aux moyens des brigades locales. « Les vestes ne coïncident pas avec les tenues de notre police municipale », assure par exemple l’adjoint à la sécurité de Wattrelos, Henri Gadaut. Dans la ville voisine de Roubaix, les agents ne possèdent pas de deux-roues.

« Il y aura des sanctions »

Après vérification, il s’avère que ce sont deux agents de Tourcoing qui ont été identifiés. Des faits confirmés par l’adjoint au maire, Éric Denœud. Contacté par La Voix du Nord, ce dernier assure qu’une enquête interne est ouverte. « Il y aura des sanctions car on tient au devoir d’exemplarité », prévient-il. Il s’agit désormais de déterminer avec précision la nature des faits, « pour qualifier le niveau de la faute ». Car les chefs d’accusation peuvent effectivement être multiples. Les agents n’ont pas respecté les mesures liées au confinement mais ils ont aussi quitté leur territoire de compétence en se rendant à Wattrelos puis à l’étranger et ce, alors qu’ils étaient potentiellement armés.

La procédure permettra également de préciser l’objet de leur escapade en Belgique car ils se pourraient qu’ils aient acheté du tabac dans une boutique qui aurait normalement dû être fermée.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous