Codage: une nouvelle formation intensive pour «l’un des profils les plus recherchés en 2020 en Belgique»

Codage: une nouvelle formation intensive pour «l’un des profils les plus recherchés en 2020 en Belgique»

Après Paris, Berlin, Londres et Shanghai, les candidatures pour son premier bootcamp long de neuf semaines s’ouvrent à Bruxelles ce mardi 14 avril.

La start-up a attendu sept ans pour élargir son portfolio de cours avec la data science. «Au départ du Wagon, en 2013, la data n’était pas encore assez mûre. Aujourd’hui elle s’est beaucoup consolidée et son utilisation est plus claire», explique Sébastien Saunier, ancien ingénieur Google, directeur technique et l’un des trois cofondateurs du Wagon.

Les candidatures pour la première cohorte à Bruxelles sont maintenant ouvertes, et les cours débuteront le 14 septembre 2020

Le programme comprend le langage de programmation Python, SQL, Machine learning, Deep Learning, data engineering, la prédiction de données, la gestion de projets tech et d’autres applications de l’intelligence artificielle dans le domaine des affaires.

«On suit le même modèle que notre première formation, avec 20% de théorie et 80% de pratique et de projets», explique M. Saunier.

Vingt places sont ouvertes pour la première cohorte bruxelloise. Si aucun diplôme n’est requis pour y entrer, un «minimum de connaissances en mathématiques et quelques notions de base en programmation Python» sont par contre demandées.

Selon Le Wagon, la formation mène à «l’un des profils les plus recherchés en 2020 en Belgique».

L’école de codage est présente dans 38 villes et a déjà formé plus de 350 personnes à Bruxelles.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10891621-028

  2. «
Après quelques jours comme ministre de la Santé
», raconte un proche collaborateur, «
il avait déjà lu tous les rapports et le site corona de A à Z, nous demandant d’y modifier deux phrases qui n’étaient pas compréhensibles pour les gens
!
»

    Frank Vandenbroucke, le professeur a toujours raison

  3. PHOTONEWS_10889135-097

    Georges-Louis Bouchez: «Comment pouvons-nous accepter des mesures à ce point différentes entre les 3 régions?»

La chronique
  • La chronique de Carta Academica: «Justice et collaboration, ou la seconde utilité du bandeau de la Justice»

    Depuis la fin du siècle dernier, divers projets de loi ont tenté d’introduire un « droit des repentis » en Belgique. Toutes ces initiatives se sont heurtées à de multiples résistances jusqu’à une loi du 22 juillet 2018. Depuis lors, le ministère public peut proposer à un infracteur de dénoncer des infractions pour voir sa peine réduite, voire exemptée. Un tel mécanisme de collaboration en justice axé sur la dénonciation met au cœur de la justice pénale la trahison et le marchandage, tout comme il questionne divers principes juridiques fondamentaux comme le droit au silence, la fiabilité des preuves ou l’égalité devant la loi. Un détour par les travaux préparatoires de la loi montre que le retour à l’avant-plan du terrorisme sur la scène publique a contribué à dépasser les résistances que soulevait le principe de ce droit des repentis. Comme souvent en matière pénale, une situation de « crise » a joué un rôle d’accélérateur...

    Lire la suite

  • Mais bon sang, c’est quoi ce pays!

    On devrait dire : « Chapeau, vous avez enfin compris la gravité de la situation. » Alors que la Wallonie est au top des régions les plus dangereuses d’Europe, que les chiffres de contaminations à Bruxelles continuent à exploser, que les experts tirent à boulets rouges sur la faiblesse des mesures prises, que le système hospitalier est en train de craquer et que les Belges succombent sous le coup du virus, il fallait évidemment passer à ce reconfinement partiel, annoncé vendredi soir par le ministre-président wallon Elio Di...

    Lire la suite