Accueil Société

Effondrement, résilience...: les scénarios de l’après-corona

Des forces parfois opposées détermineront notre avenir. Retour de balancier, effondrement, résilience, amélioration… Les paris sont ouverts.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 4 min

Depuis que le monde a basculé dans l’ère-corona, les questions ne manquent pas. Dans l’immédiat, elles peuvent se résumer à un « comment sortir de la crise ? » Et dans le même temps, on se demande « dans quel état allons-nous en sortir ? » Entre ceux qui veulent revenir le plus rapidement possible à l’état antérieur et ceux qui jugent que le moment est venu de guérir les maux du système ou anticipent des transformations de nos comportements individuels et collectifs, les hypothèses et les plans sur la comète ne manquent pas.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Deliège Guy, vendredi 17 avril 2020, 20:18

    Je crois que tout va être fait pour que les changements passent aux oubliettes. Lors de la conférence de presse de mercredi, le journaliste de KAIROS a été muselé pour ses questions dérangeantes. Le journal Le Soir a d'ailleurs évité de relater cet incident. Pourquoi? https://www.youtube.com/watch?v=F9HQUEjOYro

  • Posté par Frenay Guy , vendredi 17 avril 2020, 12:50

    L'incompréhension ou le refus de comprendre le monde que l'on retrouve aussi dans les commentaires est le principal problème. Parler, calculer la récession, la relance, ... etc n'est absolument pas le sujet tout comme tout voir à travers le spectre de la croissance ou de l'argent ce qui malheureusement revient au même dans l'esprit de beaucoup. A la croissance économique qui est une construction humaine correspond l'état des ressources et du vivant qui sont notre vrai réalité à tous. S'il est primordial de nous occuper de nos besoins il est aussi primordial de hiérarchiser nos désirs sans nous laisser entraîner par nos addictions. Aujourd'hui le monde économique réclame des sous ce qui n'est plus un problème: la FED, la banque européenne font tourner la planche à billets tout comme les autres banques indirectement quand elle accordent des crédits. Mais ce qui est impératif, et nous n'entendons rien à ce sujet, quelles sont les contreparties demandées pour permettre l'émergence d'un nouveau paradigme pourtant indispensable pour poursuivre l'aventure humaine sans trop de casse. Les différentes spéculations qui bouillonnent dans nos cerveaux in fine ne sont rien d'autre que des manières de nous arranger avec ce que la Terre peut nous offrir en partage ou pas, transformés en scaphandrier ou pas, armés car menacés dans nos vies ou pas .... Beaucoup de volontarisme et de vraies compétences seront nécessaires

  • Posté par Lambert Louis, vendredi 17 avril 2020, 12:01

    Dans un pays où l'Etat prend déjà 55% des ressources, on ne peut pas dire qu'il manque de moyens ! J'espère qu'on ne va pas laisser faire les écolos-gauchistes qui vont demander encore plus de fric, encore plus d'impôts, encore moins de libertés individuelles, etc. Le problème, il vient de Chine, d'un régime communiste qui pratiue le mensonge, muselle ses opposants quand il ne les tue pas comme le courageux Dr Li Wenliang qui a alerté sur le danger. Notre système démocratique et libéral ne doit pas être remis en cause au nom de fumeuses théories environnementales qui ne feront que nous précipiter dans une nouvelle récession. On voit où ça nous mène de vouloir "arrêter la croissance", le grand rêve des Écolos: misère, pauvreté, privation des libertés individuelles. C'est ça que vous voulez ? Moi pas !

  • Posté par Mathieu Bodson, vendredi 17 avril 2020, 17:59

    Ce n'est pas tellement dans l'optique de vous faire changer d'avis, mais plutôt dans celui de faire balancer l'avis de ceux qui seraient "happés" par votre argumentaire que je vous réponds. En premier lieu, il est important de pouvoir prendre du recul. Certes, le régime chinois est un régime communiste autoritaire avec des pratiques plus que douteuses (c'est un euphémisme), néanmoins, si le virus s'est autant propagé, c'est avant tout à cause des conditions d'insalubrité présentes sur le marché chinois. Le fait de mélanger différentes espèces n'est en effet pas très indiqué. De plus, si l'on arrêtait de chasser des espèces protégées, on en serait sûrement pas arrivé là ! En second lieu, vous parlez de notre "système démocratique et libéral" comme si c'était le Saint-Graal et vous rejetez la faut sur les "fumeuses théories environnementales qui ne feront que nous précipiter dans une nouvelle récession." Alors... Primo, il est un petit réducteur de croire que la notion même de démocratie soit intrinsèquement liée au libéralisme. C'est faux. Notre démocratie n'est pas mise en danger quand on remet le libéralisme en question ! On parle de deux principes bien différents ! L'un idéologique, l'autre économique. Alors, l'argument derrière lequel vous vous abritez disant que s'attaquer au libéralisme, c'est s'attaquer à la démocratie... Hé bien, c'est un argument "fumeux" comme vous le dites si bien ! Secondo, la crise de 2008 était-elle une crise économique due à des politiques environnementales ? Non. C'était une crise économique enfantée par notre bon vieux système capitaliste et libéral ! Alors pardonnez les "écolos-gauchistes" de ne pas avoir le monopole des situations économiques catastrophiques. On ne peut pas être parfait dans tout n'est-ce pas ? De plus, la pauvreté et les privations de libertés n'ont pas attendu l'écologisme pour exister. Tertio, vous parlez de la fameuse "croissance" comme une divinité à protéger à tout prix. Oh mon Dieu ! Produisons plus, plus et encore plus ! Après tout carpe diem n'est-ce pas ? Pourtant, nous détruisons le seul capital qui compte : notre belle Terre. Finalement, il n'y a pas que les régimes communistes qui "pratique le mensonge" M. Lambert, même si, naïvement, j'ai encore l'espoir que vous ne parlez là qu'au travers du prisme de l'aigreur et de la colère. Bonne journée à vous, et bon courage en cette période de confinement !

  • Posté par Olivier CHRISTOPHE, jeudi 16 avril 2020, 16:02

    Les "collapsologues", ou "effondristes", ne pensent pas que l'effondrement SERA lent et progressif. Ils considèrent que le processus d'effondrement a déjà commencé : la température moyenne du globe a déjà augmenté de 1,1 degré, 50% au moins des animaux sauvages ont disparu, les cycles de l'azote et du phosphore sont irrémédiablement dégradés. La théorie des systèmes (lire ou voir notamment Arthur Keller, dont la vulgarisation est limpide) nous dit que l'effondrement est inéluctable, et qu'il sera rapide. L'homme ne pourra avoir, au mieux, qu'une influence sur la l'inclinaison de la pente descendante. Mais elle sera de toute façon abrupte. Ce ne sont pas des élucubrations de gourous. C'est la simple application d'une théorie universelle : une croissance exponentielle infinie dans un monde fini n'est pas possible. Elle se termine en effondrement du système. Quel qu'il soit.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs