Accueil Culture Scènes

Bigard: «Entre les deux couilles, il y a un cœur»

Pour son 10e oneman show, Jean-Marie Bigard monte sur scène en femme pour prendre la défense de celles qui ont toujours été sa source d’inspiration. A 60 ans, l’humoriste a décidé de livrer une autre image de lui-même tout en conservant sa verve habituelle.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Bruxelles Temps de lecture: 6 min

Quand on pense à Jean-Marie Bigard, plusieurs souvenirs viennent à l’esprit. Admettons, qu’on se rappelle du sketch de la chauve-souris puis qu’on aille dans un restaurant dans lequel le serveur nous demande si c’est pour manger. On lui répondra, en tout cas dans sa tête : « Non, c’est pour faire un tennis, connard ! ». Et là, on éclatera de rire. Pour d’autres, le nom de Jean-Marie Bigard n’évoque que la vulgarité même si certains bobos l’aiment et qu’ils ont honte de l’avouer comme le chantait Renaud. Et à 60 ans, l’humoriste qui s’est fait connaître grâce à « La Classe » de Fabrice, s’offre un 10e oneman show qui le propulse à nouveau parmi les artistes préférés du public.

Dans « Nous les femmes », vous décidez de changer de sexe et de prendre la défense de celles que vous avez longtemps chargées. C’était un fantasme ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Scènes

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs