Accueil Belgique Politique

Wilmès ferme et grave, avec un sentiment de trop peu

La Première déroule un discours ferme, grave. Avec, cette fois, peu de réponses : écoles, social, maisons de repos, masques… Cela au moment où elle est critiquée en Flandre. Pas facile de trouver le ton juste, qu’on ait le style Wilmès, Macron, Trump ou Merkel.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Une communication maîtrisée, ferme et grave, jalonnée de marques de compassion et d’empathie (les maisons de retraite, les isolés…) : Sophie Wilmès est constante, on a retrouvé mercredi après-midi la Première qui s’était exprimée il y a dix jours. Une communication qui laisse toutefois cette fois un sentiment de trop peu : ouvrir les jardineries, les magasins de bricolage, soit, mais quid de l’après-3 mai ? Quid du sort des écoles ? Quid des mesures en urgence pour les couches sociales frappées de plein fouet ? Peu de réponses, ou alors renvoyées à plus tard, surtout pour les plus sensibles, comme la gestion de la crise en maison de repos. Sophie Wilmès est aux commandes d’un pays, la Belgique, qui se trouve haut dans le classement européen du nombre de morts par habitant pour cause de coronavirus, ce qui, au moins symboliquement, accentue le défi à relever pour les politiques, pour la Première a fortiori.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

17 Commentaires

  • Posté par Bayens Remi, jeudi 16 avril 2020, 15:01

    Préférons nous Chamberlain ou Churchill ? L'un: j'ai gagné la paix. L'autre 'Blood, Sweat and Tears' Voudrions nous un langage édulcoré ou un langage réaliste? Il n'y a pas de juste milieu. Faut-il plaire à la presse et aux 'politiques' ? Je préfère le langage modéré de Mme Wilmès: simple, réaliste et qui fait confiance à ses collaborateurs. Bravo, Mme Wilmès.

  • Posté par Echement Marie-anne, jeudi 16 avril 2020, 20:44

    Bien sûr. Mais le lendemain ,des décisions se fissurent déjà pourtant avalisées par les ministres présidents. Cela fait désordre et non crédible. Certains bourgmestres cassent les décisions l’air de dire tais toi ,c’est moi le chef . Pour les fêtes et manifestations , même rengaine, certains bourgmestres ont déjà annoncé la suppression de toutes manifestations de plus de 1000 personnes, et ils ont raison!!! Il faut annoncer la couleur purement et simplement car ici tout le monde risque de gros problèmes de santé.

  • Posté par Bayens Remi, jeudi 16 avril 2020, 15:01

    Préférons nous Chamberlain ou Churchill ? L'un: j'ai gagné la paix. L'autre 'Blood, Sweat and Tears' Voudrions nous un langage édulcoré ou un langage réaliste? Il n'y a pas de juste milieu. Faut-il plaire à la presse et aux 'politiques' ? Je préfère le langage modéré de Mme Wilmès: simple, réaliste et qui fait confiance à ses collaborateurs. Bravo, Mme Wilmès.

  • Posté par De Ronde Michel, jeudi 16 avril 2020, 12:09

    Madame Wilmès a le ton et l’assurance des personnes qui ont conscience de leur responsabilité et qui savent où elles vont, comment et à quel rythme. Elle garde le cap fixé par ses experts et son équipe et ne se laisse pas déporter, ni à bâbord ni à tribord, par les remous créés par quelques opportunistes et geignards de tous bords et entretenus et amplifiés par certains journalistes. Madame Wilmès n’est peut-être pas Churchill, après tout elle ne fume pas le cigare, mais elle est à tout le moins un excellent amiral. C’est peut-être pour toutes ces raisons que certains journalistes ne cessent de vouloir la discréditer et que la population dans sa grande majorité lui accorde sa confiance. J’ai par ailleurs bien apprécié hier la manière dont Madame Wilmès a remis à sa place le journaliste-blagueur d’un blog d’agit-prop anarchiste qui manifestement confondait conférence de presse et tribune politique. Il est parfois utile de rappeler que le journaliste est au service de l’information et non le contraire.

  • Posté par stals jean, jeudi 16 avril 2020, 16:18

    Qu'en savez vous si elle ne fume pas le cigare?...

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs