Ces jeunes qui ne rêvent plus de faire carrière

Ces jeunes qui ne rêvent plus de faire carrière

Ils se sont investis dans de longues et fastidieuses études pour, une fois arrivés sur le marché du travail, se laisser tenter par un autre mode de vie. Nombreux sont les jeunes diplômés à ne plus rêver de la carrière traditionnelle de leurs parents.

Aurélie (28 ans) et Antoine (26 ans) en sont la preuve. Après avoir effectué des études de droit, de communication puis de journalisme, Aurélie travaille aujourd’hui comme pigiste pour une télévision locale. Un statut précaire qui coïncide pourtant parfaitement avec sa vision et ses envies. « C’est un statut sans sécurité d’emploi et de salaire mais c’est aussi une vraie liberté. Je pars quand je veux, autant de temps que je veux. Pour moi, le CDI n’est pas le saint graal comme ça l’était pour nos parents. J’ai eu l’occasion de postuler pour des contrats mais je n’ai jamais voulu car il faut être prêt à bosser toute l’année, avec très peu de jours de vacances et sans pouvoir toujours choisir quand on pose ses congés. Ça me stresserait plus qu’autre chose. Quand je ne me sens pas bien, quand le temps est trop mauvais, quand j’ai besoin de plus de nature, quand je suis trop stressée, j’ai besoin de partir pour vivre autre chose », confie la jeune femme. Aurélie alterne ainsi les périodes de travail et les voyages. « Je travaille plusieurs mois pour gagner assez et dès que j’ai suffisamment d’argent ou quand je sens que je n’en peux vraiment plus du « métro, boulot, dodo », alors je pars à l’étranger plusieurs semaines, puis je reviens et je retravaille », développe-t-elle.

« La meilleure expérience de ma vie »

Antoine, lui, est détenteur d’un bachelier en e-business et d’un master en sciences de gestion. Après avoir travaillé en tant qu’auditeur interne en lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme au Luxembourg, il revient en Belgique en tant que conseiller de placement au sein d’une banque, avant de tout plaquer en septembre 2009 pour partir au bout du monde, en Australie. « Je suis parti avec un « Working Holiday Visa ». Ici, il faut faire 88 jours de travail en ferme pour pouvoir prolonger ce visa et rester sur le territoire durant deux ans. J’ai donc cueilli des pommes sous 38 degrés, 60 heures par semaine, à la grande surprise de mes anciens collègues ! Et honnêtement, c’était la meilleure expérience de ma vie. J’ai appris énormément sur moi-même, j’ai repoussé mes limites et j’ai rencontré des personnes formidables qui voyagent comme moi en solitaire », témoigne le jeune homme.

Trouver du sens à son travail

Revenir travailler en Belgique ? Il n’y pense même pas. « Ma vision à court terme se résume à travailler par période pour mettre un peu d’argent de côté et pouvoir me permettre de voyager. J’en profite pour visiter l’Asie en même temps, le Canada figure aussi dans mes projets. Je me laisse guider par mes envies, au grand désarroi de mes proches qui me voient changer de plan tout le temps. Me poser ? Sans doute plus tard, mais pour l’instant je veux découvrir le monde pour n’avoir aucun regret ».

Le schéma de la carrière classique, même postposé, Aurélie n’en veut, elle, tout bonnement pas. « Je suis certaine de deux choses. La première c’est que je ne veux pas vivre en Belgique. La seconde c’est que je ne me vois pas être soumise aux commandes d’un chef toute ma vie. Certains de mes proches et de mes amis tiennent le même discours. On en attend plus. Le but n’est pas juste d’avoir un contrat et de l’argent mais c’est vraiment de trouver un boulot qui ait du sens. Je réfléchis toujours à la manière de vivre et de travailler qui me plairait plus tard, sans tomber dans la routine. Je ne l’ai pas encore trouvée, mais on verra on le vent me portera », conclut Aurélie.

 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. epaselect USA WHITE HOUSE TRUMP BARRETT

    Pourquoi Donald Trump a choisi Amy Coney Barrett à la Cour Suprême

  2. d-20190910-3W05W2 2019-09-06 09:30:40

    La vente en viager: un concept prêt à être dépoussiéré?

  3. En aout dernier, découvrant le projet à l’abandon, le Premier ministre congolais Sylvestre Ilunga Ilunkamba n’a pas pu cacher sa surprise.

    RDC: retour sur le projet Bukanga Lonzo, l’«éléphant blanc» du Bandundu

La chronique
  • La chronique de Carta Academica: «Les femmes et le rejet de l’Autre»

    Actuellement, à travers toute l’Europe, on observe un durcissement politique : les partis qui prônent le repli identitaire ont le vent en poupe. Montée des nationalismes et communautarismes, fermeture des frontières, diminution de la sécurité – de la solidarité – sociale, rejet de l’étranger, refus de l’autre. Ceci est concomitant avec un discours « politiquement correct » d’inclusion, de lutte contre la discrimination, de refus du refus de l’autre.

    À cet égard, les combats en faveur de l’égalité entre hommes et femmes semblent singulièrement révélateurs, et les approches féministes particulièrement riches pour la réflexion. Pourquoi ? Parce que si l’on reconnaît que nos structures sociales ont été conçues par et pour des hommes (une situation historiquement avérée) et que, malgré des évolutions saluées et salvatrices, le masculin y est encore considéré comme l’universel et le supérieur...

    Lire la suite

  • Coronavirus: une gestion trop souvent erratique

    Le Financial Times et le Wall Street Journal ont salué la manière dont l’Italie gère la pandémie. Elle serait un modèle du genre, loin, très loin devant l’Espagne, la France et le Royaume-Uni. Plus au nord, c’est la Suède qui serait l’exemple à suivre, elle dont le pari sur l’immunité collective fut tant décrié au printemps dernier.

    Comparaison n’est pas raison, l’Italie et la Suède ne sont pas la Belgique, mais il faut bien se demander pourquoi les courbes statistiques restent...

    Lire la suite