Accueil Société

Le confinement a un impact sur notre mental, des psychologues répondent à vos difficultés

Le confinement est prolongé jusqu’au 3 mai, en Belgique. Avec quel impact psychologique ? Posez vos questions.

Temps de lecture: 1 min

Les relations humaines ou la solitude, les deuils impossibles... Le confinement pèse sur nous plus lourd que nous le pensons. Quelles sont les conséquences du prolongement du confinement en Belgique ? Comment s’y préparer ?

Posez-nous vos questions dans la section Commentaire du direct, ci-dessous, les psychologues que nous avons contactés y répondront ce samedi.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Cornet Philippe, jeudi 16 avril 2020, 19:42

    Avant la situation actuelle, je faisais déjà partie des marginaux et autres pauvres... du moins économiquement parlant , je veux dire que ce qu'on dénomme mon pouvoir d'achat était surtout consacré aux pâtes et au riz, j'en ris Henri. Mon désespoir avait déjà pété des plafonds de verre. Et pourtant aujourd'hui je souffre encore un peu plus... étant gravement malade, disons un oiseau pour le chat, je vois les voisins faire n'importe quoi tout en disant qu'ils respectent les recommandations mais aussi des flics se faire réprimander aux caisses des magasins parce qu'ils ne respectent même pas les distances nécessaires ou encore patrouiller en voiture à 2 à l'avant du véhicule sans masque et puis coller des procès aux autres imbéciles qu'eux- mêmes. Ce que je veux dire c'est que je me croyais à l'abri de la haine. Il n'en est rien en fait. J'espère pouvoir transformer cette haine en mépris ou en humour mais je suis pas sûr de résister. Voilà un bilan pas comique. Un bilan dans une société ultra-consommatrice d'images de soi bien comme il faut... Et qui m'use.

  • Posté par Vincent Kersten, jeudi 16 avril 2020, 18:51

    J’estime qu’il serait important d’aborder l’aspect de trahison, de masquage des informations et carrément de mensonge, de la part de notre “instances dirigeantes”. / Autant notre première ministre a-t-elle réussi son examen d’entrée lors de la décision de pouvoirs spéciaux, et surtout lors de l’annonce de l’entrée en confinement, autant la suite n’a-t-elle été que l’occasion d’une dégradation de cette ambiance. / Tout le monde est branché sur le net, les informations sont disponibles à l’international, notre presse est relativement libre; il n’est donc pas difficile de constater quand il y a mensonges, fausses infos et incohérences ou infos non révélées. / “Le port du masque totalement inutile” a été un des thèmes sur lesquels mêmes nos indispensables experts ont commencé à ne plus tenir leur langue. / Des marchés confiés à de très grandes entreprises “amies de certains” alors que des laboratoires spécialisés et reconnus sont écartés; priorité semble-t-il absolue à la Flandre à toutes les occasions : livraisons de masques - jusqu’à une supérette de Merchtem, ville de Deblock-; tests effectués en beaucoup plus grand nombre en Flandre; décisions prises en cellule de crise et annulées localement (maisons de repos); décisions de renvoyer début mai les enfants sur le front (alors que les stats sont très mauvaises et les tests indispensables ne sont pas faits) sans dire clairement que c’est pour libérer leurs parents et les renvoyer au plus tôt en entreprises; beaucoup d’infos sur les contraventions aux citoyens, mais pas plus d’une dizaine (grand max) quant au contrôle des sociétés qui ne respectent pas le confinement… / Le Soir lui-même, malgré des interpellations dans le courrier des lecteurs, n’apporte pas grand chose au niveau de la critique et de l’élévation du débat. Il “ne fait que” (j’exagère un peu) répéter jour après jour des chiffres et statistiques dont tout être éduqué sait pertinemment qu’elle sont basées sur des données manipulées et sur des mesures qui ne sont pas faites de la même manière de pays en pays. Il a aussi fallu que des statistiques systématiquement cachées soient faites par des lecteurs (morts/population) pour que des études plus alarmistes soient enfin faites. / La population a accepté une restriction phénoménale de ses libertés et la mise au point de techniques de surveillance et de délation jamais atteintes dans nos pays. Une condition pour l’accepter était d’avoir un vis-à-vis honnête, clair, franc au niveau politique. Nous (je) constatons de plus en plus que nous sommes aux mains de menteurs, que des intérêts financiers priment, que la droite et l’extrême droite continuent à diriger la barque. La non-réponse, ou la réponse agressive, de la première ministre à la première question à ces propos, hier soir, n’a fait que (me) confirmer. / Nous nous rendons compte que nous leurs avons donné des droits qu'ils ne méritent pas, qu'ils "mésutilisent". / A vous, chers psychologues, d’estimer si je suis seul dans cet état d’esprit, si ces interpellations n’a rien à voir avec le pourquoi de votre intervention. Personnellement, je crois que les problèmes les plus profonds sont à ce stade-là, et qu’ils génèrent tous les autres, dans l’incertitude et la trahison. J’estime qu’une complicité intelligente avec la population devrait être une meilleure manière de procéder pour lui donner confiance en l’avenir. / Je vous confie enfin un lien vers une intervention vidéo de la première ministre néo-zélandaise : https://www.facebook.com/jacindaardern/videos/573172476662546/UzpfSTYwMDIwNDQ1MzoxMDE1ODA4NjU2MDE0NDQ1NA/

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko