Accueil Société

Viol: deux policiers seront formés à l’hypnose

Deux policiers fédéraux iront se former aux Etats-Unis. L’hypnose peut aider l’enquête mais n’apporte pas de preuve absolue.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 2 min

La secrétaire d’Etat à l’Egalité des chances, Elke Sleurs (N-VA) a annoncé vendredi que son département prendrait en charge le financement de la formation de deux policiers aux techniques de l’hypnose légale qu’ils suivront aux Etats-Unis où cette technique d’enquête est déjà fréquemment utilisée dans les affaires de viol.

Ces deux policiers, un flamand et un francophone pourront être mis à la disposition des unités et des parquets qui en font la demande.

Le recours à l’hypnose dans les enquêtes criminelles n’est pas une nouveauté en Belgique mais elle n’est jusqu’à présent qu’utilisée avec parcimonie. En 2000, des portraits-robots des tueurs présumés du Brabant avaient été exécutés sur base de témoignages sous hypnose de témoins ayant été confrontés aux tireurs des dernières attaques de 1985.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs