Les infos dispensables (ou pas) sur le coronavirus: à propos des files au Brico et de la barbe masquée

Il y avait file ce samedi matin devant les magasins de bricolage.
Il y avait file ce samedi matin devant les magasins de bricolage. - Photo Belga

1. Le chiffre du jour : 123

C’est le nombre de chercheurs universitaires qui, réunis au sein du Groupe interdisciplinaire de recherche sur la socialisation, l’éducation et la formation (Girsef – UCLouvain), font offre de service au monde politique. Et ils secouent le cocotier en proposant notamment de garder les écoles fermées jusqu’au 30 juin et d’abandonner les examens certificatifs dans le supérieur. En lieu et place, ils proposent l’organisation d’évaluations formatives (travaux pratiques, essais sur des questions d’actualité, jurys collectifs…) : « À défaut, la seule chose que des évaluations permettraient de certifier, c’est l’accroissement des inégalités causé par le confinement. », rapporte Eric Burgraff

2. L’image du jour

On avait connu les files devant les grandes surfaces, les premiers jours de confinement. Ce samedi matin, dès potron-minet, avant même l’ouverture des Brico et autres Mr Bricolage, on a vu de beaux bouchons de caddies. Les Belges sont-ils marteau ? Le personnel soignant enfonce pourtant le clou : restez chez vous !

3. La citation du jour

« Cette claustration devait donner l’occasion de sonder ses profondeurs internes à la lumière des connaissances et des créations humaines de toutes époques, afin de partir virtuellement en quête de soi-même, et d’amorcer réellement une démarche philosophique. Pour cela, les bien culturels doivent être considérés comme de « première nécessité ». Et il convient en extrême urgence de les rendre disponibles, afin que leur beauté nous donne la force d’acquérir plus de sagesse », écrit Stéphane Louryan (professeur à l’Université libre de Bruxelles) dans sa Carte blanche au Soir.

4. La bonne nouvelle du jour : tous en vacances en Wallonie

Où passera-t-on ses vacances, cet été, si du moins, on peut s’aventurer plus loin que chez son boucher ou son magasin de bricolage ? La Wallonie fera les yeux doux aux estivants belges. Il y a 300 attractions dans le sud du pays. Cela représente un bel enjeu économique, puisque le secteur pèse 7,9 milliards de chiffre d’affaires par an et près de 60.000 emplois.

La ministre wallonne en charge du tourisme, Valérie De Bue, a mis sur pied un groupe de travail pour préserver le secteur. « On doit limiter la casse et sauver ce qui peut être sauvé. (…) Les campagnes de promotion du tourisme doivent être revues car on va s’adresser à des touristes de proximité. Compte tenu de l’incertitude et des conditions sanitaires, les Belges vont vouloir rester dans leur pays et consommer local »

5. Le détournement du jour : la barbe

Qui aurait dit au réveillon que parmi les biens les plus précieux cette année, outre le papier WC et le gel hydro-alcoolique, figurerait le masque buccal ! À défaut d’en trouver, nombre de ménages se découvrent des talents de couturier. On peut même se montrer très créatif

Ou bien, si l’on n’a vraiment deux mains gauches, abandonner le fil à coudre et faire avec les moyens du bord.

https://media.giphy.com/media/LlFfojBh6bwYLpKtUs/giphy.gif

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous