Accueil Culture Musiques

«One World» de Lady Gaga, de l'émotion même sans l'ambiance des concerts

Après le pré-show, Lady Gaga a ouvert le méga « One World : Together At Home », suivie par Stevie Wonder, Paul McCartney et Elton John.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 5 min

Après six heures d’un apéritif réservé plutôt aux stars locales (comme Angèle et Christine & the Queens) et au personnel soignant, le grand show One World : Together At Home a bien commencé à 2 heures, chez nous en Belgique, dans la nuit de samedi à dimanche. Sur France 2, la présentation et la traduction simultanée live étaient assurées par André Manoukian et Daphné Bürki.

Aux États-Unis, ce sont les trois présentateurs vedettes des trois principales chaînes nationales (NBC, ABC, CBS) qui présentaient la soirée : Jimmy Kimmel, Jimmy Fallon et Stephen Colbert. En tant qu’initiatrice du projet, Lady Gaga a ouvert elle-même cette deuxième et dernière partie, dans son salon, en reprenant au piano Smile de Charlie Chaplin. Steve Wonder, ensuite, au travers d’un bref medley, a rendu hommage à Bill Withers récemment disparu, avec Lean On Me.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Hawkins Danielle, dimanche 19 avril 2020, 12:01

    "Angèle, c'est qui ça?! Ah c'était un blague...

  • Posté par Manuel Kolp, dimanche 19 avril 2020, 10:02

    Arrêtons d'essayer de faire croire qu'Angèle est une star interplanétaire qui connaît personnellement Elton John, Lady Gaga, Madonna, ... On découvre qu'elle ne faisait d'ailleurs pas partie de l'événement principal. Il s'agit juste pour sa maison de disque d'une opération marketing sous couvert de charité afin qu'elle ne tombe pas dans l'oubli. Des Angèle, produit mainstream formaté imbuvable poussé par le milieu bruxellois bobo dans lequel baignent Papa- Maman, y compris à coups d'argent public, faussement rebelle pour fillettes de 10 ans chantonnant les idées à la mode, il y a en toujours eu depuis les années 60, et dans 1 an, on passera à la suivante. Et dans 20 ans, on essayera de nous faire croire, comme pour Lio, que ce qu'elle chantait tenait du génie comparable à Ferré au niveau paroles et Bach point de vue musique. On pourrait arrêter de prendre les gens pour des cons?

  • Posté par ARFI Jerome, dimanche 19 avril 2020, 11:13

    Pas clair si Angèle est au niveau de Lio… Et Adamo, par comparaison, c'est Lennon. Sans parler d'Arno, surtout sur le tard – "Ostende bonsoir". Quant à Stromae, c'est Mozart. Mais c'est pas grave : l'écume des jours.

Aussi en Musiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs