Accueil Monde Union européenne

Crise ou pas crise, l’agenda environnemental européen est toujours intact

Selon l’Agence européenne pour l’environnement, l’Europe a craqué son empreinte environnementale en matière d’azote, de phosphore et d’artificialisation des sols. Des dossiers à tenir à l’œil pour l’après-corona.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 3 min

Alors qu’en Belgique comme dans tous les Etats membres, des groupes s’activent à dresser des plans pour relancer au plus vite l’économie à la sortie du déconfinement imposé par le coronavirus, la présidente de la Commission rappelait les termes du débat. « Nous devons, a-t-elle dit devant le parlement européen, doubler notre stratégie de croissance en investissant dans le Green Deal. Alors que l’activité mondiale va reprendre, le réchauffement du climat ne va pas ralentir. L’avantage de celui qui bougera le premier comptera double et la clef sera d’investir dans les bons projets. Investir dans la rénovation à large échelle, dans les renouvelables, dans le transport propre, dans une alimentation durable et dans la restauration de la nature sera même plus important qu’auparavant.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par LIENARD NORBERT, lundi 20 avril 2020, 10:56

    Ils défendent leurs croûtes de brioches qu ils dégagent

  • Posté par Bricourt Noela, lundi 20 avril 2020, 9:40

    Ah oui, c'est cette Dame qui envisageait de séquestrer plus longtemps une grande partie de la population, les prenant pour des idiots qu'elle allait protéger. Hors, au moment critique, l'UE n'a pris aucune initiative quant à la prise en charge d'une partie du problème se limitant à dire: "c'est de la compétence des états".

Aussi en Union Européenne

Vaccins anti-covid: «Le fossé est trop grand, nous devons faire mieux, ensemble, rapidement. Mais comment?»

La réunion ministérielle entre l’UE et l’Union africaine, tenue mardi à Kigali, n’a pas permis de rapprocher les points de vue sur le front de l’inégalité criante pour l’accès aux vaccins contre le covid. Le partage est « beaucoup trop lent, beaucoup trop désorganisé », reconnaît Sophie Wilmès. Les Européens refusent toujours la levée des brevets.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs