Le confinement a amélioré la qualité de l’air

Le confinement a amélioré la qualité de l’air

Des nuages de pollution absents, un air plus respirable, des vues plus dégagées… Personne ne se réjouit évidemment de la crise du coronavirus, mais il est indéniable que les mesures de confinement ont un impact positif sur l’environnement et sur la qualité de l’air en général. Toutes les villes sont concernées. Des images satellites révélées par diverses agences (NASA, ESA,…) montrent par exemple une baisse de 54% du dioxyde d’azote à Paris et d’environ 45% à Madrid, Milan et Rome.

Une diminution de 35% à Bruxelles

Chez nous, les concentrations des polluants directement liés au trafic ont diminué de 35% à Bruxelles par rapport à la même période l’année passée. D’autres facteurs comme la météo entrent également en ligne de compte dans ce calcul et cette diminution n’est pas uniquement due au confinement. Car plus de personnes à la maison signifie aussi plus de chauffage, notamment au bois. Toutefois, le trafic automobile a drastiquement chuté depuis le 18 mars dans la capitale belge où les véhicules thermiques émettent 30% des particules fines (PM 2,5) et 69% du dioxyde d’azote (NO2).

Mieux respecter l’environnement après le confinement

Et si le confinement permettait de revoir nos modes de vie, de déplacement et notre façon de travailler ? Les mesures de confinement n’ont ainsi pas empêché une grande majorité de citoyens de continuer à travailler, de chez eux cette fois. Stimuler le télétravail en entreprise, c’est aussi moins de trafic automobile sur les grands axes et dans les grandes villes du pays. Ce n’est pas seulement dans nos façons de travailler et de déplacer que l’on peut faire la différence, mais aussi dans notre façon de consommer. L’économie circulaire et les circuits courts sont aussi à privilégier pour protéger l’environnement et notre qualité de vie, et pas seulement en ville d’ailleurs. Et si les déplacements sont toujours nécessaires, il existe aussi d’autres moyens.

La mobilité douce et électrique pour l’avenir

La multimodalité des transports et la mobilité électrique sont l’avenir de notre planète. Une mobilité douce, à pied et à vélo, pour les petits trajets dans le quartier et les véhicules électrifiés pour les déplacements plus longs, et cela même dans un cadre professionnel avec une voiture de société électrique. Que ce soit avec des voitures hybrides ou des voitures électriques, repenser la manière de se déplacer est à la mesure de tout le monde. Et cela a même un impact sur le portefeuille grâce à la fiscalité, en plus de celui sur la planète. Des voitures 100% électriques comme la Kia e-Soul, qui vient d’ailleurs d’être nommée « voiture urbaine mondiale » de l’année, ou la Kia e-Niro n’émettent ainsi aucune particule fine ni de dioxyde d’azote tout au long de leur utilisation. Et pas besoin de mesures de confinement pour voir la qualité de l’air s’améliorer en ville et ailleurs et faire ainsi un geste pour l’environnement.