Transports : vers le port généralisé du masque

Les sociétés de transport public accueillent un nombre limité de voyageurs selon la taille des véhicules. © Photo News
Les sociétés de transport public accueillent un nombre limité de voyageurs selon la taille des véhicules. © Photo News

La capacité des transports en commun est au centre de l’analyse des différentes stratégies de déconfinement. Pour rouvrir certaines activités professionnelles, les écoles ou une partie d’entre elles, il faut parallèlement que l’offre de transport en commun soit adaptée au transport des personnes qui seront concernées (travailleurs, élèves…). C’est suivant cette logique qu’il a été demandé aux différents opérateurs de transport (TEC, Stib, De Lijn, SNCB) d’évaluer leurs capacités de transport suivant différents scénarios de déconfinement. Sachant que le niveau d’absentéisme pour cause de maladie, chez les uns et les autres, est revenu à un niveau opérationnellement supportable (entre 10 et 20 %, selon les opérateurs).

Actuellement, la SNCB assure un service de train d’« intérêt national » qui assure une disponibilité d’environ 50 % des trains et de 75 % des places disponibles mais avec un taux réel d’occupation d’environ 5 % qui garantit sans problème le respect du 1,5m de distanciation sociale souhaité. Les TEC wallons, accueillent un nombre limité de voyageurs selon la taille des bus (5 ou 12 personnes) ou des métros (15) et assurent environ 10 % de leur capacité normale. À la Stib, la capacité d’accueil par voiture varie de 5 à 8 dans les bus, 18 à 23 dans les trams (selon les modèles) et de 60 à 90 pour les rames de métro (15 à 16 personnes par voiture).

Capacité doublée

À l’évidence, si on veut remettre une partie de la population sur le chemin du travail ou de l’école, il faudra donc tenir compte de cette capacité basée sur la distanciation sociale ou de la capacité calculée en fonction d’un port du masque généralisé. Dans ce cas, la capacité de transport dans un bus pourrait doubler mais resterait néanmoins encore très limitée. Il est donc illusoire de se dire qu’on va rouvrir toutes les écoles d’un coup.

Un comité interministériel de la mobilité s’est penché sur ces éléments ce mardi afin de concerter les nombreuses questions opérationnelles (sans oublier les incontournables interrogations sur le type de masque…) ainsi que les implications du personnel (par exemple, pour l’instant, à la STIB, chaque conducteur rentre avec son véhicule qui est ensuite désinfecté…).

On souligne que les différents opérateurs partagent très globalement les conditions de reprise et il semblerait que le port du masque généralisé s’impose assez naturellement. Toutes ces données, remarques et doléances ont été transmises afin d’alimenter les réflexions et l’étude des scénarios de déconfinement par le conseil national de sécurité.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous