Accueil Culture Livres

A huis clos, les bibliothèques organisent leur avenir

Moins d’une bibliothèque sur cinq a organisé le service « take away » demandé par le fédéral, souvent jugé « incohérent ». Les mille travailleurs du secteur rattrapent leurs retards et se préparent pour l’après-corona.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 4 min

Derrière leurs portes très largement fermées, à quoi s’activent les bibliothèques ? Parce qu’elles sont très largement organisées et financées aux niveaux communal et provincial, il n’y a pas de réponse simple. Or elles sont déroutées, en quête de sens. Pour rappel, après deux jours de confinement – Le Soir du 20 mars exactement –, ces bibliothèques ont été, au mieux étonnées, au pire mises en colère par l’injonction que leur donnait le Conseil national de sécurité d’organiser un service de location de livres sans retours immédiats, un « take away » difficilement compatible avec les normes sanitaires. La ministre de la Culture ne pouvait qu’approuver, mais avec des gants.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Livres

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs