Accueil Société

PCR, antigéniques ou sérologiques? Les avantages et inconvénients des trois tests coronavirus

Difficile de déchiffrer ce que cachent les appellations des tests « PCR », « antigéniques » ou « sérologiques ». Tous joueront pourtant un rôle plus ou moins important dans la stratégie de déconfinement. D’où l’intérêt de comprendre comment ils fonctionnent, leurs forces et leurs faiblesses.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 1 min

Tout le monde a bien compris qu’à l’image des masques, les tests jouent et joueront un rôle crucial dans la bataille contre le coronavirus. Bien malin celui qui arrive à s’y retrouver entre les « PCR », « antigéniques » et autres « tests sérologiques ». Le Soir a décidé de vous aider en expliquant le plus clairement possible l’utilité de chacun, leur fonctionnement ainsi que leurs forces et faiblesses. Avec une leçon à retenir tout de suite : aucun des tests présents sur le marché n’est totalement fiable. Ils doivent être combinés à une stratégie de testing globale qui n’a pas encore été déterminée en Belgique. Les tests ne sont aussi qu’un outil parmi d’autres et certainement pas la solution miracle pour nous sauver du coronavirus.

Qu’est-ce qu’un test PCR?

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par LAAOUEJ JILALI, jeudi 23 avril 2020, 9:40

    Il est étonnant, alors que la reprise du travail est envisagée, vous ne parliez pas de la responsabilité des employeurs, du rôle des Conseillers Médecin du Travail et des Service Externe pour la Prévention et la Protection au Travail, ni de l'Inspection du Bien Être au Travail?? Le covid-19 peut être classé dans le groupe 4 des agents biologiques (Livre VII.- Agents biologiques. L’annexe VII.1-1 du Code du Bien-Être au Travail) C'est-à-dire : "agent qui provoque des maladies graves chez l'homme et constitue un danger sérieux pour les travailleurs; il peut présenter un risque élevé de propagation dans la collectivité; il n'existe généralement pas de prophylaxie ni de traitement efficace." Je vous avais adressé une carte blanche qui discute de ces aspects et qui ne n'a semble-t-il pas eu votre agrément pour être publiée. La problématique des tests de dépistage, n'est pas un choix parmi d'autres dans la stratégie adoptée et non assumée par le CNS , c'est une obligation sur le plan scientifique (voir OMS et Académie Royale de Médecine) et une étape obligée. Il faut avertir la population de cette décision, avec le risque de remise en circulation du virus. Tout médecin qui applique un traitement doit obtenir le consentement éclairé de son patient.

  • Posté par LANSIVAL Bernard, jeudi 23 avril 2020, 9:36

    Enfin un article intéressant et intelligent, émanant, bien sûr du SOIR. MERCI pour votre professionnalisme et votre sens didactique. Quant aux prises de décisions, elles ne vous appartiennent pas. Vous ne pouvez que constater et attendre le "bon-vouloir" de nos dirigeants.

  • Posté par Bruneau Christiane, jeudi 23 avril 2020, 9:01

    Tests sérologiques: pourquoi ne vous demandez vous pas la raison des retards d'autorisation au lieu de simplement dire "ils ne sont pas encore utilisé? " ? Y a-t-il des raisons politiques? communautaires? ou simplement une incompétence au niveau des organismes de certification? Sont ils déjà utilisés dans d'autres pays? Le retard pris est scandaleux et les responsables devront en payer les conséquences !

Aussi en Société

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs