Accueil Opinions Cartes blanches

«L’urgence est aussi de libérer Clarisse et tous les prisonniers des centres fermés»

Le MRAX et plus de 40 organisations du monde associatif appellent d’urgence à un gete simple de légalité et d’humanité

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Aujourd’hui encore, ils sont des centaines à tenter de survivre dans des centres fermés, la boule au ventre, avec cette angoisse d’entendre en permanence la radio débiter des conseils de prudence, de distanciation sociale, de mesures sanitaires pour préserver chacun du coronavirus. Mais eux, ils savent que ces messages ne leur sont pas destinés. Pour eux, la distanciation sociale se transforme en promiscuité sociale. C’est à la roulette russe qu’on joue avec leur vie.

La ministre de l’Asile et de la Migration sait pourtant pertinemment que les maintenir dans ces centres, en raison de l’urgence sanitaire, est contraire à notre législation et à l’article 3 de la Convention européenne des droits de l’homme interdisant les traitements inhumains et dégradants. Et non seulement elle le sait, mais elle le dit, par l’intermédiaire de la porte-parole de son administration.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cartes blanches

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs