Les jeunes entrepreneurs tentent de préparer au mieux la reprise de leur activité

Les jeunes entrepreneurs tentent de préparer au mieux la reprise de leur activité
Shutterstock

Guillaume Berlemont est le fondateur de la start-up WeCircular qui promeut l’économie circulaire en proposant des solutions de recyclage de déchets tels que les mégots de cigarettes. Tom Schreurs, lui, est le co-fondateur de la société Innov4Events, spécialisée dans le prestation d’animations innovantes à destination des événements d’entreprises. Leurs entreprises ne sont en rien liées, mais toutes deux font face aujourd’hui à la même réalité : l’arrêt de leur activité en raison du coronavirus.

« C’est très simple, toutes les prestations que nous avions programmées jusqu’à la fin du mois de juin ont été annulées. Et nous n’enregistrons évidemment aucune nouvelle réservation non plus. On s’attend à être à l’arrêt au moins jusqu’en septembre », confie Tom Schreurs. « Je facture actuellement à peine 20 % de mon chiffre d’affaire habituel », estime, pour sa part, Guillaume Berlemont, « Mes activités sont pour ainsi dire au point mort. Les seuls clients que je conserve actuellement sont les partenaires publics ».

Tenter de se réinventer

L’un comme l’autre ont de quoi maintenir leur entreprises encore quelques temps, mais pour essayer d’engendrer de maigre rentrées, ils essayent tout de même de se réinventer, sans forcément connaître un succès à la clé. « Nous avons essayé de mettre en location notre matériel tels que les simulateurs de conduite à destination des particuliers pendant le confinement. On ne peut cependant pas dire que cela ait rencontré un franc succès. Du coup, on essaye plutôt de se concentrer sur l’après confinement en essayant d’imaginer une manière de pouvoir relancer l’activité au plus vite. Le problème, c’est que les nouvelles idées nécessitent souvent un investissement, mais est-ce que cela vaut vraiment la peine ? On ne sait pas comment vont se dérouler les mois à venir », s’interroge Tom Schreurs.

Même son de cloche du côté de Guillaume Berlemont, privé de ses collaborations, notamment avec les festivals d’été, le jeune entrepreneur tente de voir à plus long terme. « J’essaye de travailler sur de nouveaux projets, mais c’est assez compliqué parce qu’on est totalement dans l’incertitude quant au fait de savoir quand le déconfinement total sera annoncé. » « C’est d’autant plus difficile que mes projets sont pensés en fonction d’une certaine croissance de ma start-up. Et là, vu que je risque de ne pas attirer de nouveaux clients dans les mois à venir, la croissance de WeCircular ne sera pas celle attendue », s’inquiète Guillaume Berlemont.

Des aides précieuses

L’un comme l’autre craignent également que la situation financière de leurs clients respectifs au sortir du confinement soit telle qu’ils cherchent à faire des économies, se passant ainsi de leurs services sans réelle plus-value directe pour une entreprise. Tom Schreurs apprécie toutefois les aides proposées jusqu’ici par le gouvernement : « Nous avons pu de manière très simple mettre l’un de mes employés en chômage technique pour cause de coronavirus. Nous sommes également éligibles pour obtenir la prime de 5000 euros proposée par la Région wallonne aux entreprises. Cela ne remplacera pas les rentrées perdues, mais cela nous laisse le temps de voir venir et de songer plus sereinement à la suite ». Guillaume Berlemont a pu, lui, introduire une demande du précieux droit passerelle. Des aides qui permettent à ces deux jeunes entrepreneurs de souffler un peu pour mieux imaginer l’avenir de leur entreprise dans l’ère de l’après pandémie de coronavirus.

Sur le même sujet
Chômage
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Malgré les mesures sanitaires et la peur du Covid-19, Frédéric Niels espère réaliser 50
% de son chiffre d’affaires en juin grâce à ses clients fidèles.

    Déconfinement: un retour au restaurant sous le signe du plaisir

  2. Photo News/Christophe Licoppe

    Evolution de la propagation du coronavirus en Belgique: la fin du tunnel dans certaines unités de soins intensifs (infographies)

  3. PHOTONEWS_10871984-006

    Le vrai ou faux: Google et Apple ont-ils installé une appli de traçage coronavirus à votre insu?

La chronique
  • Mort de George Floyd: quand l’injustice commence, la révolte commence

    Quand le pillage commence, la fusillade commence ».

    Ce tweet de Donald Trump, balancé quelques jours après l’agonie de George Floyd sur un trottoir de Minneapolis, fut signalé comme « glorifiant la violence » par son réseau social préféré.

    Si le vers (« When the looting starts, the shooting starts ») peut faire sursauter sur le compte officiel du Président des États-Unis d’Amérique, il n’est cependant pas de lui, mais d’un certain Walter E. Headley, un poète urbain, chef de la police de Miami dans les années 50-60…

    À l’époque, un vent de révolte soufflait sur les ghettos des grandes villes américaines. Mais dans la cité balnéaire de Floride, prisée par les retraités blancs et les mafiosi chassés de Cuba, le « Chief » Headley veillait au grain. Dans l’édition du Miami Herald du 17 décembre 1967, il expliqua que « de jeunes voyous de 15 à 21 ans » avaient « profité de la campagne des droits civiques pour semer le chaos », précisant qu’il n’y avait...

    Lire la suite

  • Déconfinement: la vie avec vie, enfin!

    Et revoilà le petit café noir du matin dans le bar du quartier, la France, le spinning, le dîner à deux au petit espagnol du coin, les sushis sur le petit train du Kabuki, mes cousins dans le jardin, une nuit à Ostende, un film au Caméo à Namur, un autre aux Galeries à Bruxelles, un troisième aux Grignoux à Liège, un petit vin blanc en terrasse place de la Liberté, mon institutrice, ma patrouille scoute, le foot avec les copains, ma bulle élargie de la première semaine, ma bulle élargie de la deuxième semaine, mon théâtre, ma petite...

    Lire la suite