Afrique du Sud: un Français inculpé de tentative de meurtre pour avoir répandu le coronavirus

Photo d’illustration prétexte
Photo d’illustration prétexte - Reuters

Un jeune Français s’étant rendu en Afrique du Sud en mars pour des vacances se retrouve inculpé de tentative de meurtre, accusé de ne pas avoir respecté sa quarantaine alors qu’il souffrait du nouveau coronavirus. Ce jeune homme de 25 ans, originaire d’Alsace (est de la France) et qui souhaite garder l’anonymat, s’était envolé pour l’Afrique du Sud avec cinq amis le 14 mars, quelques jours avant l’annonce du confinement en France.

Au parc national Kruger, il avait été pris de maux de tête et d’une légère fièvre, qui l’avaient conduit à consulter un médecin, craignant le paludisme, a-t-il raconté.

Ecartant le risque de paludisme, le médecin lui fait passer un test pour détecter le Covid-19 mais, selon le jeune homme, ne lui a pas demandé de rester au parc Kruger dans l’attente des résultats. «Nous voulions aller au Swaziland, il nous a conseillés d’aller (dans la ville de) Sainte-Lucie (province du KwaZulu-Natal, nord-est de l’Afrique du Sud, NDLR) parce que les frontières étaient fermées», assure-t-il.

De retour en France le 18 avril

Quelques jours plus tard, les amis sont interceptés à Sainte-Lucie et envoyés en quarantaine dans différents hôpitaux. Tous sont positifs à la maladie du Covid-19, même si un seul d’entre eux a présenté de légers symptômes. Le jeune homme reçoit un appel de la police pour l’informer qu’il est «en état d’arrestation pour tentative de meurtre suite à la propagation du Covid-19 en Afrique du Sud», raconte-t-il.

Après 14 jours de quarantaine, le Français ne peut récupérer son passeport qu’après avoir signé un document où il atteste sur l’honneur qu’il assistera à son procès, programmé le 26 juin à Mtubatuba, localité du KwaZulu-Natal. Il a finalement pu rentrer chez lui en France le 18 avril, une semaine après ses amis.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous