Accueil Planète Climat

Climat: confinés, les jeunes entament une grève mondiale et virtuelle

Le mouvement est porté par Greta Thunberg.

Temps de lecture: 2 min

Le mouvement de jeunes militants pour le climat Fridays for Future, mené par l’activiste suédoise Greta Thunberg, a lancé vendredi matin sa grève mondiale en ligne pour dénoncer « les failles sociales, économiques, environnementales et sanitaires de notre système ». Les Belges de Youth for Climate, dont Adélaïde Charlier en tête de file, y participeront.

Le programme, qui débutait à 07h30, se compose d’ateliers, webinaires, performances en direct sur Facebook et manifestations en ligne.

Greenpeace tiendra une conférence numérique à 13h00. L’organisation de défense de l’environnement demande, entre autres, à la Première ministre Sophie Wilmès que les professions essentielles soient revalorisées, en particulier les « héros silencieux dans les hôpitaux, les établissements de soins et les supermarchés, les travailleurs dans le domaine de la garde et de l’éducation des enfants ».

L’ONG plaide aussi pour qu’aucun soutien ne soit accordé « aux entreprises et aux activités qui vont à l’encontre de l’accord de Paris sur le climat et des plans européens et internationaux pour la préservation de la biodiversité ».

Elle exige que le soutien financier aux entreprises serve d’abord « à protéger leurs employés, et non à distribuer des bénéfices aux actionnaires », que le soutien à l’aviation, à l’industrie automobile et à d’autres industries polluantes ou consommatrices d’énergie ne soit possible que si ces entreprises s’engagent à « atteindre des objectifs climatiques ambitieux au moyen de plans concrets ».

Enfin, Greenpeace invite à aider et promouvoir « les petits agriculteurs et les réseaux alternatifs locaux d’alimentation ».

La coupole 11.11.11 tiendra ensuite, de 14h00 à 15h00, sa seconde « séance de solidarité » par visioconférence. Le rendez-vous donnera la parole aux activistes de la plate-forme et à ses partenaires belges et étrangers.

Enfin, à 17h00, le climatologue Jean-Pascal van Ypersele donnera une conférence en ligne, accessible sur les réseaux sociaux du mouvement. Il abordera les liens entre la pandémie de coronavirus et la crise du climat, ainsi que la relance qui suivra l’épidémie.

« Nous faisons appel aux citoyens pour nous rejoindre sur ces actions », exhorte Adélaïde Charlier. « Il faut lutter tout en respectant les règles de confinement. La crise du coronavirus ne fait pas disparaître la crise du climat. Le Green Deal doit être le pilier pour relancer la société post-corona. Si nous ne le faisons pas maintenant, nous n’arriverons jamais à respecter les accords de Paris. Nous demandons aux politiques de réfléchir avant de financer certains domaines », plaide la jeune fille.

À lire aussi Ces groupes informels qui pensent l’après-crise

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

38 Commentaires

  • Posté par Bayens Remi, vendredi 24 avril 2020, 13:28

    Belle récupération de Van Ypersele. Lier le virus au climat: il faut le faire. Ils souffrent du fait que la crise du virus l'emporte sur le problème du climat. Avec le problème du virus, on parle de vrais problèmes!

  • Posté par Dubuisson Yvan, vendredi 24 avril 2020, 12:15

    Après avoir amené le Coronavirus à Bruxelles avec sa marche (autorisée!) du 6 mars, suite à laquelle elle était contaminée et son père aussi (c'est elle qui l'écrit), elle relance la grève chez nos étudiants qui en ont vraiment bien besoin. Certains avaient déjà perdus une bonne vingtaine de jour lors des marches précédentes avec la bénédiction de la mistre de l'enseignement, ils ont été confinés et on remet une couche. Ces étudiants ne sont pas eux des prophètes d'une nouvelle religion dogmatique soutenus par un lobby écolo et ne peuvent pas se permettre d'arrêter leurs études comme l'amie Greta.

  • Posté par Dubuisson Yvan, vendredi 24 avril 2020, 12:15

    Après avoir amené le Coronavirus à Bruxelles avec sa marche (autorisée!) du 6 mars, suite à laquelle elle était contaminée et son père aussi (c'est elle qui l'écrit), elle relance la grève chez nos étudiants qui en ont vraiment bien besoin. Certains avaient déjà perdus une bonne vingtaine de jour lors des marches précédentes avec la bénédiction de la mistre de l'enseignement, ils ont été confinés et on remet une couche. Ces étudiants ne sont pas eux des prophètes d'une nouvelle religion dogmatique soutenus par un lobby écolo et ne peuvent pas se permettre d'arrêter leurs études comme l'amie Greta.

  • Posté par Dagnelie Raphaël, vendredi 24 avril 2020, 11:24

    La subjectivité de la presse est sans mesure. Pourquoi donner tant de publicité à Greta Thumberg.

  • Posté par Fizaine Grégory, vendredi 24 avril 2020, 11:32

    On n'a plus parlé de Trump depuis quelques heures, il vous manque donc déjà ?

Plus de commentaires

Aussi en Climat

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs