Accueil Sports Autres sports

Louvain-la-Neuve, capitale confinée et temporaire du sport francophone (vidéos)

Au Blocry, l’un des quatre centres Adeps où peuvent se réfugier les sportifs de haut niveau de la Fédération Wallonie-Bruxelles, on continue de s’entraîner. Même sans vraies perspectives.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Sports Temps de lecture: 9 min

Dehors, il n’y a quasi pas un bruit en ce tout début de matinée ensoleillée. « C’est dingue, cela me rappelle le Louvain-la-Neuve d’il y a quarante ans, quand le week-end, tous les étudiants belges rentraient chez eux et qu’il ne restait que quelques étrangers dans une ville presque morte ! », s’exclame Marc Jeanmoye en regardant tous ces kots désertés autour de lui.

Le directeur du Centre sportif de Blocry est venu pousser une pointe jusqu’à la piscine de la cité universitaire pour voir comment se déroulaient les sessions d’entraînement des rares athlètes autorisés à y nager par la Fédération Wallonie-Bruxelles, ceux qui sont reconnus par elle comme « sportifs de haut niveau sous statut » et qui ont donc fait de l’activité physique leur métier. Un « privilège » qui, au départ, a suscité quelques réactions détestables de la part des habitués du coin.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Autres sports

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs