4, 11 et 18 mai: la Belgique se prépare au déconfinement

4, 11 et 18 mai: la Belgique se prépare au déconfinement
Belga

Le Conseil National de Sécurité (CNS) a jeté les bases, vendredi, de la stratégie de déconfinement que suivra la Belgique. Fidèles à la tradition nationale des réunions interminables, les représentants des gouvernements fédéraux et des entités fédérées se sont réunis durant presque huit heures pour s’accorder sur un schéma en plusieurs phases.

Bon nombre d’incertitudes demeurent. « Le déconfinement est une opération jamais réalisée dans l’histoire de notre pays », a fait remarquer la Première ministre, Sophie Wilmès, au cours d’une conférence de presse où elle entait entourée des ministres présidents des Communautés et Régions.

Le scénario suivi sera largement tributaire de l’évolution de la situation sanitaire. Il n’est pas définitif, un retour en arrière n’est pas exclu si le virus devait connaître un regain et mettait à nouveau sous pression le système hospitalier. « Rien n’est gravé dans le marbre et certainement pas les échéances », a averti Mme Wilmès.

Trois Phases

Le CNS s’est accordé sur trois phases. La première commencera le 4 mai avec la reprise de l’activité industrielle et économique B2B (c’est-à-dire entre entreprises) et se poursuivra le 11 mai avec la réouverture des commerces tous secteurs confondus, moyennant des conditions strictes d’accès aux magasins. Les gouvernements ont choisi de s’écarter des recommandations des experts qui préconisaient deux phases de réouverture des commerces, l’une le 4 mai, l’autre le 18 mai.

>« Le guide du déconfinement » dans votre journal « Le Soir » ce samedi

Les gouvernements insistent également dans cette phase sur un accès à nouveau normal aux soins de santé.

Le 18 mai : phase 2

La deuxième phase commencera le 18 mai avec un secteur majeur : l’enseignement. La reprise des cours sera là encore progressive, limitée à trois années d’étude par niveau d’enseignement primaire et secondaire et pour un nombre de jours par semaine à déterminer. La priorité sera accordée aux 6e primaires et 6e secondaire, soit les années certifiantes. Le nombre d’élèves par classe sera limité à 10, les plus de 12 ans ainsi que les enseignants devront porter un masque et les locaux devront être nettoyés quotidiennement.

D’autres reprises sont « envisagées » à cette échéance : les activités impliquant contacts physiques, comme la coiffure, la réouverture des musées, l’accroissement du nombre de personnes autorisées pour un mariage ou un enterrement, un nouvel élargissement de la pratique sportive et la possibilité de réunions privées à domicile. La fête des mères se déroulera donc toujours dans les règles de confinement.

Le 8 juin : phase 3

La troisième phase ne devrait pas démarrer avant le 8 juin. Elle implique d’examiner la réouverture progressive de l’Horeca, en commençant par les restaurants, et certaines activités de l’été (voyages, camps et stages, etc.).

Les masques de confort couvrant la bouche et le nez joueront un rôle important dans le déconfinement. Ils seront obligatoires dans les transports en commun et à l’école. Les gouvernements veilleront à garantir à chaque citoyen d’en recevoir au moins un.

Pour réussir le déconfinement, la capacité de test sera accrue à 25.000 par jour d’ici le 4 mai, éventuellement extensible à 45.000. Il s’agit bien de la « capacité », a insisté la Première ministre, et non du nombre de tests effectivement réalisés (bien en dessous de ce nombre en ce moment) car des « obstacles » peuvent surgir dans la mise en œuvre, notamment logistique. Une stratégie de traçage des personnes infectées par le covid-19 sera également mise en place dès la première phase de déconfinement avec les Régions, reposant sur un centre d’appel dans chaque Région, une plateforme et une base de données commune.

>« Une opération périlleuse », « Tout n’est pas réglé », « Enfin il y a une perspective d’avenir » : la revue de presse du déconfinement

Une longue période de transition avant un retour à une « certaine forme de normalité » s’ouvre, avec des exigences à respecter, comme celle des gestes-barrières.

La Première ministre a réitéré son appel au sens des responsabilités et au civisme. « Les efforts que nous faisons paient, nous le voyons. On compte sur vous, sur votre sens des responsabilités et votre civisme aussi. C’est avec ce sens des responsabilités que nous retrouverons ce qui nous est cher et ceux qui nous sont chers », a-t-elle conclu.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous