Accueil Société

Notre édito sur le déconfinement: «Rendez-nous nos parents!»

Le Conseil national de sécurité a annoncé les mesures de déconfinement à partir du 4 mai. Mais pour voir les « nôtres » il faudra avoir de la patience.

Article réservé aux abonnés
Editorialiste en chef Temps de lecture: 4 min

On pourra donc aller à la Fnac mais pas voir ses parents, on pourra donc aller faire du kayak mais pas recevoir ses petits-enfants. Ou alors, il faudra leur donner rendez-vous au super marché ou dans une mercerie, à 1,50 mètre de distance ou avec bandana.

C’est ce matin, avec cette colère et cette envie de se moquer que beaucoup se sont réveillés. Avec surtout la gueule de bois de ceux qui après avoir ingurgité tant de slides, de phases et de procédures, réalisent soudain qu’après 40 jours, ils ne pourront toujours pas rendre visite aux leurs.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

46 Commentaires

  • Posté par Frippiat Yves-Marie, dimanche 26 avril 2020, 20:35

    En résumé, les divers responsables politiques qui ont adopté le plan tel qu'il a été annoncé sont des brutes pour qui l'humain est secondaire. À moins que ce choix douloureux ne s'explique tout simplement par une contrainte objective: si on édicte une règle, il faut pouvoir en contrôler l'application. Comment fait-on pour vérifier le bon usage de la distanciation sociale à l'intérieur des foyers? On m'objectera qu'il en ira de même après le 18 mai. J'imagine que les autorités espèrent que, d'ici là, le paysage sanitaire se sera éclairci.

  • Posté par Bricourt Noela, dimanche 26 avril 2020, 20:30

    Confiner la population est une mesure vieille comme le monde. Le virus restera présent;mais nous sommes parfaitement conscients de l'importance des gestes barrières. Ceux qui ne le sont pas ne les ont pas respecté pendant le confinement. Ainsi , empêcher les familles de rencontrer leurs parents dans les maisons de repos n'a pas sauvé des vies. Loin de là. Il a fallu plusieurs milliers de morts pour revenir un peu à la raison.

  • Posté par Surmont Willy, dimanche 26 avril 2020, 20:16

    Mme Delvaux, désolé de vous contredire, mais aimer ses parents est d'abord de les préserver et toute sensiblerie irresponsable peut s'avérer dangereuse dans le contexte actuel! Patience, laissons les experts décider, laissons notre capitaine décider, leur souci, son souci est la protection de chacun de nous! J'adore ma fille, j'aimerais tant la serrer dans mes bras, mais sa santé est plus importante et j'évite! Ne poussez pas les gens à commettre l'irréparable sous prétexte de sentimentalisme inapproprié, ce ne sont pas les occasions qui manqueront dans un proche avenir! Incitez-nous plutôt à une saine prudence, je crois que vous m'aurez compris!

  • Posté par Scheen José , dimanche 26 avril 2020, 11:52

    Bravo Madame Delvaux, effectivement, la plupart des gens sont responsables et ne veulent pas être infantilisés. Il faut arrêter de faire peur de façon démesurée sinon personne ne voudra retourner au boulot ou mettre ses enfants à l'école....

  • Posté par Vigneron Anne, dimanche 26 avril 2020, 11:16

    La plupart des hommes et femmes sont des moutons par peur

Plus de commentaires

Aussi en Société

Un nouveau code pénal présenté avant cet été, mais sans le féminicide

Le ministre de la Justice annonce vouloir passer la réforme du code pénal en première lecture avant l’été. Si celui-ci, vieux de plus de 150 ans, doit être dépoussiéré et mieux organisé, ses auteurs estiment qu’il faut être prudents avec la notion de féminicide, que certains souhaitent y intégrer.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs