Accueil Belgique Politique

La communication de Sophie Wilmès, un faux pas en ouverture du déconfinement

Le déconfinement commence par une communication politique, vendredi soir, jugée confuse et approximative. Anciens porte-paroles et experts en communication, Ermeline Gosselin, Alain Gerlache et Frédéric Cauderlier recadrent avec nous.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 5 min

En fait de « stratégie de déconfinement » dont il était tant et plus question depuis que la courbe de la contagion fléchit, on voit venir le déconfinement, beaucoup moins la stratégie, ce qui, vu le contexte anxiogène que l’on sait, n’est « pas top », comme dit un collègue. La communication politique à l’issue du conseil national de sécurité devait être un point nodal dans le déroulement des opérations ; celle à laquelle nous avons eu droit vendredi sur le coup de 22 heures laisse surtout des points de suspension. Ce qui n’est pas bon. Tous s’interrogent, beaucoup critiquent, certains ironisent (c’est nerveux) : « Mais qu’est-ce qu’elle a voulu dire ? »…

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

63 Commentaires

  • Posté par Raurif Michel, mercredi 29 avril 2020, 17:25

    Lorsque que l'on s’adresse à 11.000.000 de personnes , la communication doit être claire , précise, compréhensible par tous, simple, et surtout pas sujet à des interprétations que tout le monde peut faire ! Madame, votre communication est pleine de bonnes intentions mais lamentable a souhait !!! L'enfer aussi ....

  • Posté par Echement Marie-anne, mardi 28 avril 2020, 21:11

    Pourquoi ne pas deconfiner les provinces Wallonnes les moins touchées? Les Flamands n’hesiteraient Pas une seconde à nous envoyer paître s’is étaient safe Alors a quand une politique Wallonne courageuse?

  • Posté par Baldi Paola, dimanche 26 avril 2020, 20:53

    ce pays est incroyable, quoique l'on fasse, quoique que l'on dise et décide tout est critiqué. Je propose que ceux qui ont les bonnes et vraies réponses à donner à cette pandémie fassent un coup d'état et prennent le pouvoir, quel beau merdier en perspective....mais se rend-t-on compte que c'est une question de vie, de maladie et/ou de mort et que les préoccupations du petit belge qui se soucie plus, par exemple, de savoir s'il pourra aller en vacances ailleurs qu'à la côte belge ou les Ardennes ne sont pas une priorité ? certains partis politiques, relayés d'ailleurs par certains médias manquent totalement d'objectivité, il entretiennent la méfiance, en faisant dire à ce gouvernement tout et son contraire. Pandémie oblige, ils sont en mal de visibilité sur la scène politique et dans les médias, d'où toujours à la recherche d'une minute d'antenne, sinon on va les oublier. Ils sont peut-être condamnés à disparaître... va voir. ? Quant aux médias qui organisent des débats sans queue ni tête, où sont sans cesse rabâchées des questions sans réponse, ils sont sans intérêt, ils ne servent qu'à encenser l'animateur journaliste qui passe son temps à couper la paroles aux personnes de peur qu'on lui vole la vedette. Restez chez vous.

  • Posté par Dupont Stéphane, dimanche 26 avril 2020, 15:50

    Celui qui travaille est toujours critiqué, celui qui ne fait rien s'érige toujours en donneur de leçon.

  • Posté par elias jacques, dimanche 26 avril 2020, 13:57

    Très franchement il n'y a que chez nous qu'on voit une réunion dans l'après midi qui doit définir des règles délicates (avec de surcroit des régions qui ont des avis différents) nous faire un mix de tout cela qu'on présente à 23H à la TV à la va vite sans entrer dans les détails qui intéressent le public. C'est vraiment du bricolage et chaque fois le même scénario. De plus, devant s'exprimer dans les 3 langues nationales, on perd un temps fou, qu'on gagnerait avec une préparation préalable qui diffuserait la version en flamand sur les chaines flamandes la version francaise sur les chaines francophones. Sans avoir aucune admiration spéciale pour les francais, c'est beaucoup plus "propre" ils décident leur stratégie puis quand c'est au point on programme une allocution tel jour à telle heure et on explique au mieux. On pourrait rêver à une préparation la journée du jeudi et une diffusion le vendredi à 19 ou 20H ca ferait un rien plus sérieux !

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Budget: la Vivaldi cherche 3,4 milliards d’euros

Les travaux budgétaires débutent ce vendredi. Les partenaires de la Vivaldi opèrent au départ sur la base d’une feuille de route, défendue par le Premier ministre, évaluant la correction de la trajectoire budgétaire à 3,4 milliards d’euros.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs