Accueil Belgique Politique

Sophie Wilmès défend la stratégie de déconfinement: «La certitude n’existe pas»

Invitée dans l’émission Zevende Dag sur één, la Première ministre est revenue sur le Conseil national de sécurité de vendredi.

Temps de lecture: 2 min

La conférence de presse du Conseil national de sécurité de vendredi a été suivie de nombreuses critiques. La Première ministre Sophie Wilmès (MR) admet que les choses pourraient être mieux. « La tradition nous oblige à communiquer immédiatement. C’est ce que nous avons fait », a déclaré la Première ministre dans l’émission de Zevende Dag sur één. « Mais nous aurions pu faire mieux. »

« En Belgique, nous avons la tradition de communiquer immédiatement lorsque nous avons pris une décision. C’est important car beaucoup de gens n’attendent pas qu’une décision soit prise pour communiquer. C’est déroutant et cela nous oblige à communiquer immédiatement nous-mêmes. Nous l’avons fait », explique Wilmès. « En termes de forme, nous aurions aussi peut-être pu faire mieux, le moment venu. Mais c’est comme ça que ça fonctionne en Belgique », poursuit-elle.

Pourquoi le Conseil national de sécurité s’est-il réuni aussi longtemps ? « Nous devons nous souvenir de l’organisation et de la vie de toute la population. Jusqu’à présent, nous avons été dans une phase de confinement, maintenant nous devons réfléchir à la manière de le rendre plus flexible. C’est compliqué parce qu’il s’agit de tous les aspects de notre vie. C’est pourquoi cela a pris sept heures », explique-t-elle.

« En fait, cela a pris plus de temps parce que nous avons rencontré toutes les entités fédérées pendant la semaine ».

Pas de certitudes

La Première ministre a également donné une brève explication sur la stratégie de déconfinement. Elle précise que les différentes étapes de la stratégie restent conditionnelles. L’ouverture des magasins le 11 mai, par exemple, dépend de l’évolution de la propagation du virus. « La certitude n’existe pas, la perspective existe », dit Wilmès.

Le calendrier des assouplissements est quelque peu différent de ce que les experts du GEES avaient proposé. Une réouverture plus progressive a été proposée pour les magasins. C’est pourquoi la Première ministre, Sophie Wilmès a de nouveau souligné qu’il n’y a aucune certitude. « Nous devons nous assurer que la propagation du virus est sous contrôle à la fin. »

Le virologue Marc Van Ranst a également déclaré hier sur VTM NIEUWS que le nombre d’admissions à l’hôpital devait baisser avant que les magasins ne puissent rouvrir : « Si ce chiffre ne baisse pas, ne tombe en dessous de 100, nous ne pourrons pas commencer la sortie ».

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

35 Commentaires

  • Posté par Dagnelie Raphaël, dimanche 26 avril 2020, 14:34

    Je l'ai entendu à RTL. Elle a répondu aux propos des écologistes sur un ton poli mais ferme.

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une