RD Congo: pas de libération provisoire pour Vital Kamerhe

Vital Kamerhe est accusé de détournement de fonds par la justice congolaise.
Vital Kamerhe est accusé de détournement de fonds par la justice congolaise. - Belga.

Le Parquet de Matete a rejeté la demande de libération provisoire de l’ancien directeur de cabinet du président Tshisekedi et a transféré le dossier au Tribunal de grande instance de la Gombe. La détention provisoire de Vital Kamerhe, qui est actuellement détenu dans la prison de Makala, sera donc prolongée de quinze jours. Avec tous les risques que cela comporte en période d’épidémie du coronavirus.

Entre autres affaires, celui qui est aussi le président de l’UNC - Union pour la nation congolaise - se voit reprocher le marché passé avec la société Somibo, dans le cadre du programme d’urgence lancé au début du mandat du président Félix Tshisekedi. Il s’agissait, pour un montant de 57 millions de dollars, de construire des logements sociaux, projet qui n’a toujours pas été réalisé.

L’intéressé, qui jure de son innocence, assure qu’il n’avait pas été chargé du suivi de ce contrat. Quant à ses partisans, ils rappellent que M. Kamerhe, en vertu de l’accord qui avait été passé avec le président Tshisekedi et qui avait abouti à la création de la coalition Cach - Cap pour le changement - à la veille des élections de 2019, envisageait de se porter candidat à la prochaine élection présidentielle prévue en 2023 et ils soupçonnent une manœuvre visant à écarter un rival potentiel.

Sur le même sujet
ÉlectionsCongo
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous