Accueil Monde États-Unis

Philippe Labro au «Soir»: «Les aberrations de Trump pourraient lui coûter cher»

Journaliste, écrivain, réalisateur, Philippe Labro a suivi de nombreuses campagnes électorales américaines, mais celle de 2020 n’est vraiment pas comme les autres.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 6 min

C’était pendant l’été 1960 et il avait lourdement plu, ce jour-là, à Fargo, dans le Dakota du Nord. L’orage n’avait pas découragé le public. Des parapluies et des ponchos s’étaient déployés de-ci de-là.

Le candidat, le sénateur du Massachusetts, John F. Kennedy, 43 ans, avait décidé de négliger la pluie. Il s’était avancé, en costume de ville, sur l’estrade, face à une foule assez dense, composée pour la plupart, de fermiers, exploitants agricoles, et des femmes – beaucoup de femmes, ce jeune quadragénaire les fascinait. C’est alors que la pluie cessa, soudainement. Une déchirure de nuages dans le ciel de ce pays lointain, ce nord-ouest si long à rejoindre, la frontière ultime, vit surgir un soleil presque rouge dans un bleu intense, un bleu quasi irréel.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Vynckier Albert, lundi 27 avril 2020, 9:25

    Trump est un businessman est les businessmen sont très importants aux usa, cela explique peut-être pourquoi le prix des inscriptions aux universités est aussi élevé?

Aussi en USA

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs